21/04/2007

Passage (de vie à trépas) pour piétons

Un homme de 96 ans a été tué par le tramway alors qu’il traversait sur un passage pour piétons. Au prétexte que les trams bénéficient d’une certaine priorité, l’avocat du wattman n’hésite pas à affirmer que si le nonagénaire est mort, c’est de sa faute ! C’est simplement indécent et scandaleux. Tout juste si le 3ème âge n’est pas accusé d’entretenir dans ses rangs des commandos de sournois piétons-suicide.

 

Les transports publics doivent pouvoir jouir de conditions de trafic fluides (voies réservées, en site propre si possible, etc.) et il est compréhensible que des mastodontes comme les trams ne puissent pas s’arrêter à tout bout de champ. Il n’en demeure pas moins que les déplacements à pied doivent être favorisés et que la sécurité des piétons doit être garantie. Va-t-on demain excuser les conducteurs qui auront soit renversé une personne âgée ou handicapée trop lente, ou écrasé des enfants qui eux ont le défaut d’être trop petits et peu visibles ? On peut se féliciter de la baisse d’accidents graves de la route mais une personne tuée dans un accident de la circulation, a fortiori lorsqu’elle n’y est pour rien, représentera toujours un mort de trop.

 

Et des chiffres positifs ne doivent pas en cacher un autre, préoccupant, qui est celui des infractions en matière de circulation routière aux abords des écoles. La police en a recensé quelque 3'600 en une semaine, par deux fois en moins de 6 mois. Et il ne s’agit que d’un pointage ! Est-ce à dire qu’il y aurait peut-être, hebdomadairement, autant de conduites inappropriées, de dépassements de vitesse en particulier, devant les écoles genevoises qu’il y a d’élèves au primaire (36'000) ? Nous jouons à l’évidence avec le feu et verbaliser 15 jours par an ne suffit pas. Des milliers de jeunes se rendent chaque jour à pied dans leur établissement scolaire et n’ont pas à être exagérément exposés aux dangers de la route. A l’instar de propriétaires de molosses qui n’ont aucun égard envers les enfants, certains automobilistes adoptent un comportement irresponsable et inquiétant.

 

La valeur d’une société se mesure aussi à sa capacité à protéger les plus faibles. Au lieu d’embarquer des caméras de surveillance dans les bus et d’en disséminer dans les rues, les TPG et nos autorités feraient sûrement mieux de se préoccuper de trouver et de financer des solutions humaines pour veiller sur les citoyens. Ou faut-il attendre que la rubrique « des vieux et des élèves écrasés » supplante celle réservée jusqu’alors aux canidés ? (Etant entendu que le meilleur ami de l’homme aura droit, lui, aux articles de fond, en pleine page, avec photos, etc. – il y a quand même une justice dans ce bas monde…)

 

19:45 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Commentaires

Les arguments de cet avocat équivalent tout simplement à donner un permis de tuer aux conducteurs TPG!

Écrit par : Lapomme | 22/04/2007

Si aucun commentaire sur ce sujet, cela laisse penser que les seniors de plus de 90 ans se font ecraser sur les passages pietons dans l'indifference totale... Elle est pas belle cette vie ?!!

Écrit par : mado | 25/04/2007

Un accident mortel de la circulation est toujours un drame humain terrible. Mais lorsqu'il s'agit du tribunal, il convient de prendre une certaine distance et d'éviter de qualifier d' "indécent et scandaleux" le comportement d'un avocat de la défense qui ne fait que son boulot.

D'abord, la "Justice" est ainsi faite qu'elle doit pondérer deux présentations extrêmes de la situation. Aussi bien les avocats que les procureurs savent que la partie adverse forcit le trait, et c'est le rôle du Juge de faire la part des choses, pas celle du public.

Ensuite une petite recherche de "circulation routière priorité tram piéton" sur Google montreront que la "certaine priorité" des trams est en réalité un "priorité certaine", même sur les passages piétons, et il est normal que cet argument soit exposé par la défense d'un homme qui est certainement très affecté de n'avoir pas pu éviter ce drame.

On a naturellement tendance à avoir une empathie sans bornes pour les victimes et leur familles, c'est normal. Mais il y a presque autant de coupables, ou qui se sentent tels après un accident qu'ils n'ont pu éviter. Vous pourirez être le fils de ce monsieur décédé, mais vous pourriez aussi bien être le frère ou le père du wattman, ne l'oubliez pas.

Plus que la répression policière ou la surveillance de Big Brother, c'est peut-être cette prise de conscience de chacun qu'une seconde d'inattention peut couter une vie qui fera évoluer les choses, donc d'être capable de se mettre dans la peau d'un coupable plutôt que d'une victime...

Écrit par : Philippe Guglielmetti | 03/05/2007

Tout d'abord il ne faut pas juger une personne sans avoir tout les éléments en main. Si les juges l'ont acquitté ils savent pourquoi, car eux, ont entendus tous les témoins et ils ont tout les faits en leurs possession. Et n'oublions pas le plus important, passage pour piétons ou non, priorité ou non, la victime n'a pas observé ni du coté droit ni du gauche et pire encore n'a même pas lever la tête. La moindre des précaution quand on a l'intention de traverser est d'observer le trafic. Dernière chose à mettre au point, aucun conducteur des Transports Publics Genevois provoque un accident mortel consciemment. On est marqué à vie.

Écrit par : Les Wattmans. | 31/05/2007

Les commentaires sont fermés.