07/07/2007

7 d'un coup !

Charles Beer, tel le valeureux petit tailleur, abat non des mouches mais des cartes qui peuvent, ou plutôt qui auraient dû, surprendre. Pour les cinq nouvelles écoles entrant dans le réseau d’enseignement prioritaire (REP), cinq directeurs sont désignés. Et dans le même temps sont nommés deux inspecteurs nouveaux pour remplacer leurs collègues à la retraite. Sept hommes d’un coup, sept nouveaux cadres pour l’enseignement primaire. Lorsque l’on sait la forte féminisation du primaire – corps enseignant à 90% féminin – ces désignations exclusivement masculines interrogent. Car des enseignantes ont bel et bien fait acte de candidature. Etaient-elles réellement moins compétentes ou la procédure de recrutement favoriserait-elle les hommes ? Question ouverte et sans réponse vu le peu de transparence sur les épreuves imposées qu’ont subies les candidat-e-s. L’association professionnelle et syndicale a écrit au chef du département et demandé des explications ; elle entend aussi bien négocier à l’avenir les modalités de recrutement des futur-e-s directrices et directeurs. Mais le plus étonnant dans cet épisode, qui date tout de même du 20 juin, reste la quasi absence d’autre réaction suite à la désignation de sept hommes par le Conseil d’Etat. Le politique et le monde associatif ne dédaignent en principe pas les débats sur la parité, et là, rien ? En ce jour appelé « 07.07.07 » et qui affole la presse pipeule, il valait peut-être la peine de signaler ce fait surprenant et qui n’a rien à voir avec un conte.

 

20:39 Publié dans Ecole genevoise | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Merci Olivier, au nom des féministes genevoises à qui ces 7 nominations masculines ont échappé ! Hélas, hélas, car figure-toi que le 12 juillet une délégation du Collectif féministe 14 juin avait rencontré Charles Beer. Cette équipe venait pour rappeler au chef de l'Instruction publique sa priorité No 7 : " une politique volontariste en faveur de l'égalité entre filles et garçons". Les militantes ont présenté à Charles Beer des propositions de mesures concrètes
- pour mieux faire connaître aux élèves et étudiant-e-s du canton de Genève l'apport des femmes à la culture (ce qui avait été demandé par des pétitions de collégien-ne-s en 2004),
- pour aider les enseignant-e-s à donner une dimension moins sexiste à leurs cours ( par exemple en utilisant le guide méthodologique d'Huguette Junod "Si les femmes nous étaient contées" ),
- pour insérer des cours "genre" obligatoire dans la formation initiale et continue du corps enseignant.
Mais nous n'avons pas abordé la féminisation des cadres du DIP... Nous y penserons, grâce à toi Olivier, lors du prochain entretien que nous a proposé Monsieur Beer, en janvier 2008.

Écrit par : Budry, Maryelle | 03/08/2007

Les commentaires sont fermés.