11/09/2007

Le disque rayé de Morisod

Encore une initiative sur l’école… et à nouveau il est fait appel aux ténors pour camoufler le contenu pas très innovant du projet. Ainsi, l’initiative populaire genevoise « Accueil continu des élèves », soutenue par Alain Moridod, est parue en pleine page du GHI, hebdo gratuit qui tire à 220'000 exemplaires. Avec une telle publicité et des arguments plutôt démagogiques, elle ne devrait pas avoir de peine à recueillir les 10'000 signatures nécessaires. Morisod vient donc encore en renfort – Chevrier et Castella qui formaient avec lui un trio sur les culs de bus en septembre 2006 pour vanter les notes n’étaient peut-être pas disponibles ? – et pousse sa chansonnette, trouvant que l’initiative « tombe sous le bon sens ». Scie habituelle ; mais pourquoi changer de disque puisque ça marche ? Le musicien nous ressert la même soupe que pour la votation passée sur l’école et trouvera sûrement bientôt l’occasion d’affirmer que les sections au cycle d’orientation s’imposent d’elles-mêmes, que la matu en 3 ans est aussi une évidence, que plus la formation des maîtres est courte, meilleure elle est, etc.

Et si le bonhomme, qui avouait avoir surtout fréquenté les collèges privés et n’avoir pas été un élève spécialement brillant, se contentait de faire chanter en play-back les 3 cloches et autres chansons nostalgiques aux conseillers fédéraux ? Cela ne requiert pas trop d’imagination, la partition est simple, mais il serait cependant, pour une fois, bien inspiré de la suivre…

 

16:37 Publié dans Ecole genevoise | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

Commentaires

La vraie question est: pourquoi le bon sens que vous professez ne convainc pas (plus) ?

Écrit par : weiss | 12/09/2007

J’ai hésité, je l’avoue. Vaut-il la peine de répondre à des propos aussi minables ? Oui, peut-être….mais alors très brièvement. Que voulez-vous, il y aura toujours des jaloux, des envieux devant la réussite des autres ! Surtout quand on est un médiocre notoire, frustré, à force de se retrouver toujours le bec dans l’eau. L’attitude déplorable de Monsieur Baud ne donne malheureusement pas un bel exemple de notre démocratie aux élèves (qu’il n’a plus depuis bien longtemps….). Il n’en est pas à son coup d’essai et l’imbécillité semble désespérément incurable. Cette nouvelle bassesse ne vous honore pas Monsieur Baud.
André Duval

Écrit par : Duval André | 12/09/2007

A propos des "trois cloches", à vous tout seul, vous êtes un véritable carillon ! Puisque vous en êtes aux insultes, je reprends la célèbre phrase d'Audiard "Si tout les cons volaient, vous seriez chef d'escadrille !"

Écrit par : Gédéon Teusmany | 13/09/2007

Stupidité et grossièreté, arguments éculés, attitude de mauvaais perdant... Voici Baud et son tableau noir... La rancoeur et la frustration caractérisent ce triste personnage qui a le toupet de donner des leçons sur tout et rien. La seule bonne nouvelle est sans doute qaue plus personne ne l'écoute.

Écrit par : Rob Degudy | 13/09/2007

Bah ! Olivier Baud, à tout prendre, pourquoi pas les 3 cloches ? En tout cas, aux tables renversées sur la figure des adversaires, je préfère les 3 cloches... au moins, en plus de Jean-François Nicot, elles me font aujourd'hui songer à la direction de la SPG.

Écrit par : Jean Romain | 13/09/2007

Toujours aussi aimable, M. Baud ?

Votre image de l'éternel râleur qui s'oppose régulièrement et en des termes pas toujours très corrects va finir par vous nuire. ( si ce n'est pas déjà le cas )
C'est quand même curieux cette manière que vous avez de crier haut et fort que seul la SPG ( donc vous même ) possède LA vérité en matière d'école !
Donc, toute personne qui ne serait pas de votre avis à forcément tort !

Ne finissez vous pas par vous sentir un peu tout seul ?!

Visiblement la majorité des genevois ne vous suit pas et, à l'inverse de vous, sont contents des changements annoncés et attendus.

Pour vous aussi, il serait temps de changer de disque... C'est lassant à la fin, le schtroupf grognon !!!

Écrit par : Kalli | 14/09/2007

Les commentaires sont fermés.