08/08/2008

Théâtre sans cabots...

Les molosses sont interdits à Genève en vertu de la loi, et sur scène aussi, apparemment. Le Courrier du 7 août nous apprend ainsi que la pièce « Inferno » devra supprimer l’ouverture de son spectacle prévue avec des chiens d’attaque. Voilà une conséquence assez inattendue de l’acceptation récente par le peuple de l’initiative « pour l’interdiction des chiens dangereux ». Si cette loi est passée si facilement, ce n’est pas par phobie ou délire sécuritaire mais bien parce qu’il n’était plus possible de rester bras ballants devant les accidents qui se multipliaient et dont les enfants étaient les principales victimes. Quel rapport toutefois avec une pièce de théâtre ?

Si j’élevais un tigre dans mon appartement et que je l’emmenais promener au parc, cela créerait à coup sûr un certain émoi et on me confisquerait vite fait le fauve. Mais le cirque Knie est-il pour autant empêché de produire ses numéros avec lions, panthères et autres animaux féroces ? Si seulement, penseront certains… Mais la question n’est pas là.

Des dérogations sont prévues et il n’a jamais été envisagé par les personnes qui soutenaient l’initiative contre les molosses que la loi servirait à censurer un spectacle. Les acteurs n’auront-ils plus le droit d’allumer une cigarette sur scène au prétexte que la fumée est interdite dans les lieux publics ? Nulle loi n’est parfaite mais essayons si possible d’éviter de les rendre absurdes par excès de rigidité.

15:17 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.