09/11/2008

La Poste se fiche du monde depuis longtemps !

Le courrier A qui n’arrive pas le lendemain, c’est monnaie courante. Cela fait belle lurette que les délais, la Poste s’en tamponne ! Aussi, découvrir dans la presse du week-end qu’elle a enfin reconnu ce dysfonctionnement est assez plaisant. Mais qu’elle ose prétendre que les délais étaient encore, hier, tenus à 97% (Le Matin du 8 nov.) en dit long sur sa communication défaillante. N’aurait-il pas été normal, par ailleurs, que les utilisateurs que nous sommes aient été informés par la Poste que le fait d’affranchir le courrier en ‘A’ ne garantissait plus rien ? Au lieu des ronflantes publicités sur l’attente maximale au guichet dont on se contrefiche ? Car il vaudrait mieux ne pas supprimer les boîtes aux lettres ni fermer à tour de bras des offices postaux… Depuis que la Poste n’est plus un service public et qu’elle nous inflige dans ses halls des éventaires remplis de bombonailles et autres produits de consommation qui n’ont rien à faire en ces lieux, la priorité est clairement ailleurs que dans un acheminement postal digne de ce nom. En tant que responsable syndical, même si le volume de mes envois postaux est proportionnellement infime, je suis bien placé pour savoir que les lettres que j’envoie (en courrier A et remises avant 17h00 au guichet), par exemple aux quelque 200 écoles primaires du canton, ne parviennent pratiquement jamais aux collègues le lendemain. Le dernier envoi, une convocation à l’Assemblée des délégués, parti mardi est arrivé dans la plupart des cas le vendredi seulement, avec toutes les incompréhensions que cela peut susciter. Cela complique la vie des associations quand des documents sont par exemple censés parvenir aux membres quinze jours à l’avance. Les alternatives n’existent pas vraiment car la Poste vous fait bien comprendre, si vous osez réclamer, que si vous ne voulez pas payer le tarif A, alors, avec le B, là, il ne faudra pas vous étonner si ça prend 15 jours ! Etre obligé de payer le prix fort et n’avoir aucune garantie n’est pas normal. Il serait plus simple de n’avoir qu’un seul tarif – vu que par ailleurs la différence n’est pas toujours évidente, des courriers B étant apparemment livrés avant des A parfois… Mais il faudrait surtout que la Poste se concentre sur la tâche qui lui est normalement dévolue – transmettre le courrier, ce serait déjà ça ! - et que la population, elle, comprenne que le démantèlement des services publics auquel nous assistons, au prétexte d’amélioration des prestations grâce à la concurrence, de rentabilité de chaque secteur, ne peut que conduire à des iniquités de ce type, qui ne sont hélas pas terminées et dont la gravité ira croissant.

 

13:53 Publié dans Service public | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Dans un système de concurrence effrénée totale, les choses s'arrangeront d'elles-mêmes. Les maîtres auront leur propre courriers, éventuellement diligentés par les scribes enrégimentés dans la classe des esclaves. Ces scribes, éduqués de manière très spécialisée pour éviter qu'ils ne se montent la tête (qu'on aura tôt fait de leur couper) seront les exceptions, car les esclaves ne sauront par principe pas écrire, ce qui rendra la gestion des affaires sérieuses plus simple pour leurs maîtres. Le terme de "dégraissage" ne sera plus utilisé pour les réductions d'effectifs parmi les ouvriers ou employés, ni pour la lutte contre l'obésité, mais simplement comme une manière élégante de nommer les mesures de diminution de la population mondiale rendues nécessaires par la réduction catastrophique des ressources naturelles, aggravée par la diminution de la surface des terres émergées et la scandaleuse augmentations de la population des pauvres qui, sans ces mesures drastiques de la part des divers consortiums de milliardaires, dignes propriétaires de ce qui restera de beau et de bon, pourraient réduire ces derniers à vivre (ou a mourir) comme eux. Comme l'on dit chez nous "Il faut laisser du temps au temps."

Écrit par : Mère | 09/11/2008

Ben, pour une fois, d'accord avec vous, Olivier! La poste se fout de nous...
D'abord, elle invente un courrier B moins cher qu'elle ralentit (oui....) afin que nous utilisions le courrier A plus cher mais paraît-il à acheminement garanti dans un certain délai si nous respectons les horaires de remise aux guichets ou en boîte ...
Ben, nous, on y croit, et voilà qu'en payant le prix fort, nous n'avons PAS le service promis....
Que peut-on faire?

Écrit par : arkencielle | 19/11/2008

Les commentaires sont fermés.