09/11/2008

Réel : que des mensonges !

« Attention aux mensonges ! » avertit Réel pour défendre son initiative sur le CO (IN 134). L’association se fend d’un texte de 4 pages ( http://www.reseau-reel.ch/contra-mensonges.pdf ) pour détailler les « nombreuses (sic) mensonges » (11 en tout) qu’elle a relevés dans la brochure de la votation du 30 novembre. Une contre analyse de ces gémissements et arguties serait fastidieuse. Mais la lecture de ce document vaut la peine car, assurément, pour le lecteur attentif, son contenu est révélateur de l’infaisabilité et de la dangerosité de ce projet très sélectif, et ne peut que le pousser à voter NON à l’IN 134. Par ailleurs, en admettant que certaines récriminations de Réel soient fondées, ne faudrait-il pas voir là un autre signe – à moins d’accuser formellement les autorités de mentir sciemment – que cette initiative, de par sa complication extrême et ses lacunes, laisse une part belle aux interprétations et se révèle de fait incompréhensible ? Lors d’une votation populaire, le peu de lisibilité d’un objet implique qu’il soit rejeté.

 

20:03 Publié dans Ecole genevoise | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook

Commentaires

Le monde d’Olivier Baud est formidable !

Il se résume à deux équations (une équation, cher Olivier, est une formule qui lie différentes quantités, généralement pour poser le problème de leur égalité) :

1.Ce qui est simple est faisable (simple = faisable)
2.Ce qui est complexe n’est pas lisible pour le peuple (complexe = illisible)

- Et le reste ?
- Le reste ? Quel reste ? Ah oui, oui ! le reste ! Bon ben… c’est de la dinde !

Écrit par : Jean Romain | 09/11/2008

Cher Olivier,

"En admettant que certaines récriminations du REEL soient fondées", dites-vous... Encore un petit effort, et vous ne pourrez qu'admettre qu'elles le sont toutes. Mais vous ne l'admettrez jamais.

C'est rare, de voir un syndicaliste aussi fidèlement aligné sur les positions de son employeur...

La lisibilité ? Dans la brochure électorale, notre initiative tient en 3 pages et demi, nos explications en 3 pages, soit 6 pages au total.

Nos autorités ont besoin de pas moins de 7 pages pour exposer leur contre-projet, de 4 pour pour l'expliquer. Soit 11 pages au total.

Si l'on compte en plus leur "explication" de notre initiative (3pp.) et la page "l'essentiel en bref - totalement partiale au demeurant -, on atteint un total de 15 pages.

6 pages pour nous, 15 pages pour eux.

Qui est le plus lisible ?

Vous me direz que c'est aussi une question de style. Bien vrai.

Mais ce style n'est pas très démocratique.

Écrit par : yves scheller | 09/11/2008

Pas mal Olivier!

Avec un opportunisme assez remarquable tu arrives à rendre responsable le texte de l'initiative 134 de la lecture fallacieuse que les autorités en font!

Mais quand il s'agit de démontrer ce que tu affirmes, alors cela devient "fastidieux". Dommage!
Mais je te comprends, il s'agirait de laisser de côté slogans bienpensants et partis pris. Trop difficile.

Écrit par : rita bichsel | 09/11/2008

Comme c'est regretable toutes ses chamailleries, ont diré des enfants qui jouent dans une pelouse ou ailleurs. Tu ne joue pas le ballon est à moi, alors je me mette entre vous pour vous enmerder. Et ainsi de suite. Et tout cela dit en voulant montrer qu'ils connaissaient bien le français. Mr. Baud:"une contre analyse de ces gémissemnts et argouties...." et Mr. Romain qui se lance dans un langage mathématique pour une question si sérieuse comme est la formation de nos enfants. " l'important est de écrire comme un savant". Le citoyen il n'ai sait pas où il est. Ont en a marre de ses bagarres et d'étalement des phrases savantes certes, mais vides du bon sens, vous êtes en train de détruire l'école. Des équations il y en a à trois inconnues. 1) Les dirigeants de l'enseignement. 2)Le syndicat et diverse associations. 3) Les enseignants qui n'ont pas le courage de donner des notes et être prêtes à défendre la mauvaise note devant n'importe qu'elles parents, même irrascible parce qu'il est convencu? que son rejeton est victime de je n'ai sait quoi.
Trois inconnues avec une seule donné?: la mauvaise formation des enfants. Quoi qu'ont vote ou bien ont se fera traiter des DINGUES, ou bien l'autre partie préparera vite fait la contre-attaque, et tout sera reparti in saecula saeculorum.

Écrit par : Diogenes | 10/11/2008

Bon, Réel a corrigé la grosse coquille sur son document, c'est déjà ça !
Mais pour celles et ceux qui n'auraient pas le temps d'aller jeter un oeil sur leur site, voici un exemple assez clair de leur manière de pinailler et de jouer sur les mots :

"L’initiative oblige les élèves faibles à parcourir le cycle en quatre ans au lieu de trois. [texte de la brochure]
Faux ! [dit Réel]
Grâce à l’année de transition, placée au sortir du primaire et destinée à « regonfler » l’élève avant de l’envoyer en 7ème dans les meilleures conditions, l’initiative 134 offre aux élèves non promus de l’école primaire la possibilité d’entrer au Cycle d’orientation et d’y combler leurs lacunes. Ils entrent ensuite dans une 7ème ordinaire et poursuivent comme tous les autres élèves. Quant au contre-projet, il ne les admet tout simplement pas en 7ème !"

On voit la grande nuance : Réel offrirait au lieu d'obliger... Mais comme c'est un "cadeau" qui ne peut être refusé, cela revient bien au même, non? Et c'est vrai que ce genre de mise au point est fastidieuse, chère Rita, c'est pourquoi je m'arrêterai là.

Écrit par : Olivier Baud | 10/11/2008

"L’initiative oblige les élèves faibles à parcourir le cycle en quatre ans au lieu de trois. [texte de la brochure]"

Pourquoi? Il est vrai que dans le système actuel, les élèves "faibles" peuvent "parcourir" le CO en trois ans et sortir du cycle avec 3 années de non promotion. Pas de sélection! Et pour quel résultat?

Écrit par : Olivier | 10/11/2008

Toute la démonstration des mensonges de la brochure:

http://www.arle.ch/cycle-dorientation/votations/202-mensonges-brochure-votations

André

Écrit par : Duval André | 10/11/2008

Chacun comprendra ce qu'il veut de l'analyse de M. Romain. Mais pour celles et ceux qui pourraient voir dans son commentaire une contestation de la difficulté pour le citoyen lambda d'appréhender correctement les textes des initiatives sur le CO et donc de voter en connaissance de cause, voici un extrait de son commentaire laissé au sujet de l'IN 134 sur les blogs de Mmes Micheline Pace et Marion Garcia :

(...) c’est tout un projet d’orientation détaillé qu’il va falloir comprendre et voter. Or comprendre ce projet, en raison de la complexité technique, n’est pas à la portée de tout un chacun, soit par manque de temps, soit par manque d’intérêt pédagogique (on peut les comprendre !), soit surtout parce que rien n’est clairement énoncé. Il faut donc prendre plus de temps pour saisir « la substantifique moelle ».

Écrit par : Olivier Baud | 10/11/2008

Oh la LA LA, de plus en plus sofistiqué votre diatribe. Vous cherché de ses phrases: "( la substantifique moelle )" C'est carrement une imitation de feu Salvador Dali. Sauf que Dali, était Dali.

Écrit par : Diogenes | 10/11/2008

La "substantifique moëlle" est de Rabelais, si je ne m'abuse. Profitons de toutes les occasions d'apprendre quelque chose, même après le Cycle, quel qu'il soit.

Écrit par : Mère | 16/11/2008

Vous n'en avez sûrement pas le temps actuellement mais je propose la lecture de ce texte très riche qui cherche à faire le point sur un historique récent en France, mais aussi et surtout sur la dimension idéologique des ruptures et autres réformes que subit l'école genevoise aussi depuis une vingtaine d'années...(lire sur ce lien internet:)

http://www.re2.freesurf.fr/gene/muglioni.html

Écrit par : job | 16/11/2008

Les commentaires sont fermés.