30/11/2008

CO : la réelle trouille de la sanction populaire

Après avoir fait annuler la votation sur le cycle, l’Arle et le Réel se distinguent une fois de plus en déposant un recours – et en le retirant quelques heures plus tard – au sujet du dépouillement. Non contentes d’avoir empêché le peuple de s’exprimer, ces associations trouvent encore le moyen de se poser en victimes. Diantre ! le service des votations ne leur aurait pas répondu assez promptement. Elles voulaient en effet s’assurer que le décompte des votes sur les objets 3, 4 et 5 (IN 134, contreprojet et question subsidiaire) n’aurait pas lieu, afin que ces résultats partiels ne soient pas transformés en une sorte de sondage. A vrai dire, cette absence de décompte était acquise et personne n’aurait vraiment intérêt à connaître ces résultats puisqu’ils sont faussés avant même d’exister. Mais la panique des initiants en dit long sur leurs doutes profonds, que leur arrogance n’arrive pas toujours à masquer. On pourrait presque croire qu’ils avaient déjà préparé leur communiqué sur leur probable défaite du 30 novembre et que seul l’arrêt du Tribunal administratif leur a apporté une ultime bouée de secours. Le Réel et l’Arle s’y agrippent avec l’énergie du désespoir, mais le 17 mai 2009 est lointain et les crampes les guettent.

22:14 Publié dans Ecole genevoise | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Commentaires

Parceque la page 18 du bulletin électoral, selon vous j'imagine, n'était pas perfide ni malhonnête, contrairement à ce qu'ont bien souligné les juges. Cette dernière propagande mensongère du Conseil d'Etat ne trahit bien sûr aucune angoisse des autorités quant aux garanties de succès du Contre-Projet: mais non, mais non, surtout pas!

Le deuxième recours de vendredi passé c'est juste pour casser les pieds aux citoyens, voulez-vous nous faire croire: L'ARLE et le REEL sont tellement stupides de ne pas faire confiance à des instances politiques si respectables, fiables, vertueuses et précautionneuses-de surcroît-face au libre arbitre des électeurs! Mais oui, mais oui...halala!

Quelle méfiance déplacée de trouver inéquitable que les organes étatiques puissent communiquer une première tendance (même tronquée) de vote à leurs actuels ministres en place: paranoïa risible, dites-vous M. Baud? L'ARLE et le REEL voient le mal partout que voulez-vous; il doit s'agir d'une maladie spontanée, d'une pathologie qui n'a évidemment aucun fondement OBJECTIF.

Chers concitoyens, "aaaaayez cooooonfiance !!!" Votez le statu quo, comme M. Baud aux prochaines élections aussi, certainement! Pffffff

Job

PS: s'il n'y avait aucun risque, pourquoi le service des votations ne peut pas le garantir aux recourants par écrit, alors? Et de se rétracter ensuite à la dernière minute (48 h avant les élections!), s'engagenant pour de bon cette fois, ce qui fait que le recours n'a plus lieu d'être ensuite...expliquez-nous, vous qui savez tout! Une fois de plus, si ce n'est qu'une erreur de communication, c'est encore la faute des autres, des lecteurs?!
"Bouhouhou..." (sanglots de lamentation typiques d'un élève de mauvaise foi pris en faute, ou d'un magistrat perplexe qui ne sait plus quoi dire en pareil cas)

Écrit par : job | 30/11/2008

Vous parlez de "VICTIME" et d"ARROGANCE". Ce n'est ni Arle ni Réel qui sont les victimes de cette tentative de manipulation de la part du DIP, mais bien LA POPULATION GENEVOISE, que ce département a voulu tromper ! Et l'"ARROGANCE" est donc bien de ce côté-là.
Faut-il aussi vous rappeler que c'est grâce à REEL et ARLE que le constat général sur l'école genevoise cauchmardesque devient enfin un sujet de discussion ? C'est ce que vous appelez arrogance ?
Ou alors des gens qui ne font pas partie de votre secte n'auraient-il pas le droit de recourir à la justice quand une tromperie est commise par des gens qui sont en principe les garants de nos lois?
En fait, quel est votre problème ? La justice vous dérange-t-elle à tel point ?
C'est inquiétant !

Écrit par : Marion Garcia Bedetti | 30/11/2008

Merci Job d’avoir déjà tout dit. Je n’ai pas grand-chose à rajouter à votre commentaire qui est excellent. Décidément, M. Baud ne comprend jamais rien à rien. Comment peut-il continuer à « défendre » l’indéfendable ? Comment peut-il nous reprocher de faire respecter la loi que certains de nos dirigeants continuent à bafouer ? Alors, juste pour que les choses soient bien claires. Pendant 10 jours, après l'annulation de la votation par le TA nous avons demandé au service des votations quelles étaient les garanties techniques qu’il pouvait donner au non dépouillement des questions 3, 4 et 5 de la votation du 30 novembre. Malgré nos demandes réitérées, aucune réponse ne nous a été donnée jusqu’au VENDREDI 28 novembre, 11h 50, la veille de la votation donc! A notre grande surprise, on nous annonçait alors que le dépouillement de ces questions aurait bel et bien lieu !!! Ceci malgré les promesses du chancelier Hensler (la veille sur Léman Bleu )….mensonges éhontés ! Nous avons donc été contraints une nouvelle fois à déposer un recours, ce même vendredi à 13h31. C’est à la suite de ce recours que nous avons enfin obtenu les garanties que ces bulletins seraient considérés par les ordinateurs comme blancs, qu’aucun résultat aux trois questions ne pourrait apparaître. Il a fallu en arriver là pour que ce retournement ait lieu !Dès lors, nous avons tout naturellement retiré notre recours.
MORALITE ? Pour que la loi et la justice soit respectée, il faut chaque fois faire appel au Tribunal administratif ! Voilà qui est inquiétant. Non seulement nous sommes dirigés par des manipulateurs mais également par des gens sans scrupules, capables, sans sourciller, d’enfreindre la loi.
André Duval

Écrit par : Duval André | 30/11/2008

Non, Olivier, nous n'avons pas empêché le peuple de s'exprimer.
Nous avons empêché que le vote sur le cycle devienne une ignoble mascarade.
Le Tribunal administratif a sanctionné une faute grave du Conseil d'Etat.
Ce détail t'échappe.
La campagne recommence. Le peuple s'exprimera. Sur des bases objectives, je l'espère.
Nous t'attendons sur le terrain d'un débat rigoureux et argumenté.

Écrit par : rita bichsel | 30/11/2008

Les commentaires sont fermés.