30/11/2008

Le Lobby parents giflé à Bâle-Campagne

L’initiative pour le libre choix de l’école a été sèchement écartée à Bâle-Campagne par 79% des votants. Avec un week-end de votations aux résultats plutôt décevants, cette nouvelle réconforte. Le score sans appel ne peut que freiner les appétits de celles et ceux qui attaquent le service public ou, à tout le moins, s’ingénient à l’affaiblir et à lui ôter de son sens. Un arrêt définitif de ce genre d’initiative inique serait évidemment souhaitable mais il ne faut pas rêver. (Ou alors, autant croire que la crise bancaire et financière actuelle pourra mettre à mal l’économie de libre marché, voire servir à éradiquer un système qui engendre sa propre perte…) L’école va encore faire les frais d’assauts inconsidérés et il faut se préparer à y résister.

22:52 Publié dans Ecole et société | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

Commentaires

>autant croire que la crise bancaire et financière actuelle pourra mettre à
>mal l’économie de libre marché, voire servir à éradiquer un système qui
>engendre sa propre perte

Mais ma parole!!! Vous êtes un affreux idéologue!!! Vous avez pas honte d'avoir des idées pareilles et de les afficher? Allez vivre à Cuba ou en Corée du Nord!

(je prépare juste le terrain pour les néo-réacs infâmes qui ne manqueront pas de vous sortir ce genre de trucs)

Écrit par : Sandro Minimo | 30/11/2008

Je ne comprends pas que l’on puisse refuser le libre choix de l’école pour nos enfants.
Malgré les prix élevés, l’école privée connait un succès incroyable.
Alors pourquoi, empêcher les petits revenus de pouvoir y accéder ?

Le bien-être des fonctionnaires est-il plus important que celui des enfants ?

Écrit par : R,Benvegnen | 01/12/2008

Il faut dire non à harmoS, c'est évident.
Donner son enfant à la société dès l'âge de 4 ans, c'est une prise en otage.
Tout comme la LAMAL.
Si le peuple refuse cette initiative, il faudra se plier à sa volonté.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 01/12/2008

Commentaire du niveau du reportage sportif: ceux qui perdent sont "giflés". Ne pas oublier les autres termes du même acabit, comme "fessée" et "humiliation" pour fixer le niveau des débats.
P.S. Je suis contre le libre choix, pour l'instant.

Écrit par : Mère | 01/12/2008

On pourrait s'étonner de l'ampleur du rejet, mais, à la réflexion, si j'étais partisan de l'école libre au point d'y envoyer mes enfants, je chercherais aussi à la protéger du débarquement des incivilités, des promiscuités et des mauvaises influences, auxquelles j'aurais soustrait ma progéniture en lui épargnant l'école publique...

Écrit par : Scipion | 09/12/2008

Bonjour Olivier,
L'article suivant du 22 n'apparaît pas correctement. Il n'y a que le titre.
Bonne journée!

Écrit par : arkencielle | 22/01/2009

Les commentaires sont fermés.