25/02/2009

Elections des conseils d’établissement : petite histoire…

Le samedi 28 février doivent avoir lieu les élections des conseils d’établissement à l’école primaire. Parents et enseignants voteront sans grand enthousiasme, vu le peu de candidatures. Et beaucoup seront exemptés de cette tâche. Dans 95% des cas environ, les représentants du corps enseignant seront élus tacitement. Quant aux parents, ils seront peut-être un peu plus nombreux à se déplacer. Mais entre ceux qui ont reçu quatre fois une carte de vote et ceux qui ont été oubliés, le dépouillement et la validité de cette élection risquent de ne pas être évidents... En attendant les résultats, un petit témoignage qui m’a été rapporté, plus ou moins sous cette forme :
« 19 parents étaient inscrits, a-t-on appris, pour participer à l'élection du conseil d'établissement de l'école. Le directeur d'établissement était tout excité à l'idée de fabriquer des urnes dans des cartons à chaussures avec l’aide du maître spécialiste en Arts visuels.
Ensuite le nombre de parents est passé à 8 ; 11 avaient fait acte de candidature par erreur (ils n’avaient pas compris où ils mettaient leur croix sur le talon-réponse).
8 devaient se présenter et faire un petit exposé sur ce qu’ils voulaient faire dans ce conseil : 6 sont venus (les 2 autres contactés par téléphone n’avaient pas compris non plus).
Sur les 6 il y avait quelques banquiers et avocats... : 1 parent étranger, ne parlant pas bien le français, a ressenti une certaine pression sociale et s’est désisté, puis un autre.
Il n’est donc finalement resté que 4 parents => élection tacite ! Personne n'aura l'occasion de glisser son bulletin dans l'urne le 28 février. Le directeur a dû ranger ses cartons... »

21:01 Publié dans Ecole genevoise | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

....hi hi hi....:=))

Ben....on verra le 28...

Bonne soirée!

Ark

Écrit par : arkencielle | 25/02/2009

Le président de la SPG n'a pas l'air de prendre ce grave déni de démocratie comme quelque chose de sérieux. A l'avenir en effet, le chef du DIP (ou la DGEP) n'aura plus besoin de passer par les partenaires traditionnels de l'école pour faire passer sa pensée unique. Exit les association de parents! OUT, le syndicat professionnel... hors course, le parlement. Tout ce petit monde qui fait le tissu vivant d'une démocratie directe est purement court-circuité par les "élus" officiels qui désormais représenteront la voix formatée des enseignants unie à celle des parents d'élèves. Les directeurs n'ont-ils pas reçu le mandat officiel de fonctionner comme des petits chefs ?- " Vous transmettez sans discuter les ordres qui vous viennent de la hiérarchie et vous filtrez tout ce qui n'est pas conforme aux règles fixées unilatéralement par le DIP".

Parce que si les "fameux "élus du peuple" l'ont été que par un 18 % des parents, ils représentent néanmoins le 100 pour cent de la population de nos établissmements primaires. Et ça, même la SPG n'a jamais osé l'espérer, même dans ses rêves les plus fous !
Réveille-toi Olivier, tu t'es laissé chloroformer !

Écrit par : Jean-François Girardet | 06/03/2009

Les commentaires sont fermés.