21/06/2009

IN 138 : le retrait, finalement...

Il faut bien écrire quelques lignes pour clore (pour combien de temps ?) ce dossier… Le 8 juin, le comité a donc décidé par 8 voix contre 7 de retirer l’initiative 138 « S’organiser contre l’échec scolaire et garantir une formation pour tous les jeunes ». Il n’y aura pas de votation le 27 septembre 2009 sur les classes intégrées au CO, malgré les positions des associations professionnelles du primaire et du cycle en faveur du maintien de l’IN 138 (SPG à 58% ; FAMCO à 83%). Les représentants des syndicats ont assumé leur rôle au sein du comité d’initiative mais leurs voix ne comptaient pas davantage que celles des individus. Dans une situation aussi complexe et un contexte aussi inédit (initiative vs contreprojet, report de la votation du 30 nov. de 6 mois, vote le 17 mai où le vainqueur devient un contreprojet indirect à une deuxième initiative) personne ne pouvait faire une analyse crédible ou un pronostic réaliste. La décision prise implique certes que le score de l’IN 138 auprès de la population demeurera à jamais inconnu. Mais le combat pour une école où les élèves ne sont pas cloisonnés dans des filières continue. Et si une nouvelle initiative devait voir le jour (dans quelques années… ?), alors il faudra bien songer à la composition de son comité, à la pérennité et au poids des associations représentées, sachant qu’entre le lancement d’un projet de loi et le vote, trois ans peuvent s’écouler.

12:40 Publié dans Ecole genevoise | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Commentaires

Une chose est sûre, les responsables de ce retrait sont des pleutres et des lâches.
Ils n’ont tout simplement pas osé affronter le verdict populaire (où est le respect des signataires de l’IN !).
Dommage qu’ils aient empêché que les choses soient claires une bonne fois pour toute.
Mais ne nous y trompons pas. D’un point de vue politique, il fallait trouver une solution qui arrange bien certains de nos députés. En retirant l’IN 138, on évite à ces girouettes de devoir se contorsionner et trouver mille explications au soutien du contre-projet alors qu’elles se sont publiquement affichées en faveur de l’initiative ! Le spectacle dont on nous prive aurait pourtant été intéressant. Le beau consensus est ainsi préservé….
Nos marionnettes peuvent maintenant respirer et dormir tranquillement, on leur a retiré une grosse épine du pied….ont-elles pensé à remercier, en coulisses, les responsables de ce retrait….

Écrit par : Duval | 21/06/2009

Cher Olivier,

Une autre chose est encore plus étrange que ce retrait n'est, disons, précautionneux : c'est que ceux qui ont renoncé prudemment à évaluer leur influence, et dont on ne sait pas par conséquent ce qu'ils représentent, ont déjà obtenu des garanties, et une commission qui fonctionne déjà, alors que ceux qui ont bel et bien obtenu près d'un tiers des voix (autrement dit nous, les promoteurs de l'initiative 134) n'ont rien obtenu...

Il y a quelque chose de faux au royaume du DIP.

Mais s'il n'y avait que cela...

Écrit par : yves scheller | 21/06/2009

Pleutres, pris au piège d'une alliance politicienne, incapables de défendre votre "idéal" avec le courage que seule l'indépendance confère, vous faites le jeu électoraliste de vos "soutiens".

Une bien triste fin pour l'IN 138.

Ceux qui l'ont signée jugeront de la crédibilité de son comité.

Écrit par : Rita Bichsel | 21/06/2009

Les commentaires sont fermés.