01/01/2010

Bientôt le couvre-feu ?

La Ville de Genève continue à fermer ses préaux d’école. A cause des dealers dit-elle. Sous la pression des parents semble-t-il. Les conseils d’établissement ont trouvé un os à ronger plus consistant que le choix des saucisses de la fête de fin d’année. Cela tombe à pic pour cette instance nouvelle qui doit se trouver une raison d’exister. Hier, c’étaient les préaux des Eaux-Vives, des Vollandes et de Ferdinand-Hodler qui se voyaient cadenassés. Promis, juré cela ne devait être que des exceptions. Mais cela se poursuit. Aujourd’hui, c’est le préau du Seujet qui doit être barricadé ; et demain ? L’étau se resserre. Et à force de repousser le trafic et la consommation de drogue dans le quartier d’à côté, au lieu d’adopter une politique cohérente, ce sera bientôt la Ville entière qui sera concernée. La Ville de Berne vient de prendre la décision de fermer les préaux et les installations sportives de 22 heures à 6 heures, soi-disant pour lutter contre la consommation d’alcool et les déprédations. Une sorte de couvre-feu qui ne dit pas son nom mais entretient la peur et les délires sécuritaires. Quand tout sera bouclé et que les jeunes et autres citoyens ne trouveront plus ouvert un seul « lieu de vie » (cette appellation est encore censée s’appliquer aux préaux genevois), il ne faudra pas s’étonner des désagréments qui seront causés ailleurs. Mais pour certains, ce sera tout bénéfice car ils y verront la nécessité de prendre des mesures encore plus répressives…

00:17 Publié dans Ecole et société | Lien permanent | Commentaires (12) | |  Facebook

Commentaires

Décidément le bobo de service est complètement à côté de la plaque...

Mais c'est vrai après tout, c'est bien d'avoir des dealers dans les cours d'école... Ca met de l'ambiance. Et après lées heres de cours, c'est mieux encore car ils laissent traîner seringues et tessons de bouteilles... De quoi faire des accessoires de jeu pour nos charmants petits enfants...

Parents, de quoi vous plaignez-vous? Le bobo pense à tout.

Écrit par : Déblogueur | 01/01/2010

Dans les années 50 du dernier siècle, les mères du quartier de la Roseraie s'étaient battues pour que les préaux qui étaient fermés soient ouverts afin que les enfants que nous étions alors ne jouent plus sur la rue, devenue dangereuse à cause du trafic automobile naissant. Les autorités répondaient alors que les enfants risquaient de casser des vitres en jouant. L'histoire ne se répète jamais, elle bégaie.

Écrit par : Guy Le Comte | 01/01/2010

Bonsoir,

Je travaille dans une école de la périphérie genevoise.

Suite aux remarques faites par les enseignants à la commune dont dépend notre école, les petites cabanes situées dans le préau ont été récemment enlevées ; en effet, on retrouvait souvent à l'intérieur de ces constructions des préservatifs usagés, des tessons de bouteilles et autres déchets pas très ragoûtants. De plus, certains individus s'en servaient de WC.

Je trouve donc normal que les autorités concernées réagissent afin éviter que les préaux deviennent des lieux de perdition et qu'ils soient victimes d'actes de vandalisme.

Cordialement.

Écrit par : Enseignante | 01/01/2010

Quoique nos autorités fassent, ce ne sera jamais correcte!!! Parfois il n'y a pas de solutions imédiates et si fermer les préaux puissent ramener une certaine tranquillité pourquoi pas. Ils faut penser à l'angoisse des parents et des enseignants aussi.
De plus, l'entretien revient cher!!! Au lieu de critiquer à chaquoi fois, essayons de suggéer quelques idées pour la paix de tout le monde!!!

Écrit par : La franchise | 01/01/2010

Lieu de vie! un préau! En dehors des heures scolaires? mais de qui se moque-t-on? J'habite dans un quartier de l'Ouest-lausannois, où une bande de petits cafards viennent jouer, uriner, cracher, hurler, consommer de l'alcool, fumer des pétards, faire leur petit trafic de drogue. Ouais!Quel beau spectacle. Magnifique! Tous les jours, on subit ces nuisances. Il y a bien des panneaux qui ont été installés pour avertir que tous ceux qui n'ont rien à faire dans l'enceinte du collège seront dénoncés. Tu parles Charles! La vérité c'est que tout le monde s'en fout royalement.
Vous êtes horripilé par le couvre-feu, mais si c'était vos enfants qui se plantait une shooteuse ou qui se coupait avec des verres vides, laissé par des petits merdeux à qui ont ne peux plus rien interdire sous peine d'être taxé d"empêcheur de tourner en rond" et sous prétexte que ces jeunes zonards n'ont plus de lieux appropriés où aller faire leur petites magouilles et de semer la merde sans problème, vous diriez quoi ?

Belle mentalité! Il est interdire d'interdire ouais vous avez raison mon pote y qu'à voir où on en est. Et qui paye toutes ces incivilités? Vous et moi avec nos impôts. Elle est pas belle la vie?

Heu! je vous invite cher Môsieur à venir passer toutes vos soirées d'été, les vacances scolaires, vos week-end dans mon humble demeure, vous qui trouvez excessif le couvre-feu, peut-être qu'après des mois de ce régime, à entendre tous ces pôvres d'jeunes foutre le bazard, c'est pas le couvre-feu que vous choisirez mais un bon petit Karchère pour ENFIN avoir LA PAIX

Écrit par : yenamarre | 02/01/2010

Idée : fermons TOUS les préaux en dehors des heures scolaires...

Écrit par : Citadin | 02/01/2010

Depuis mon enfance, je n'ai jamais ententdu dire que les préaux étaient "un lieu de vie", un lieu de détente pour les élèves à la récréation d'accord et pendant pendant les heures de classe, si cela doit devenir un lieu de trafic et de non droit autant les boucler dès 16h. cela évitera ce genre de commentaire de la part d'un soi-disant membre du corps enseignant à mon avis plus politicard qu'autre chose.

Écrit par : Grindesel | 03/01/2010

Après avoir vu à plusieurs reprises des dealers faisant leur trafic dans le préau de l'école des Avanchets, je suis malheureusement d'accord pour la fermeture des préaux à partir d'une certaine heure....

Écrit par : témoin | 03/01/2010

La fermeture des preaux est une bonne idee pour eviter que les enfants trouvent le lendemain des seringues, preservatives, et autres dechets degoutants. La fermeture "entretient la peur et les delires securitaires"?Il suffit de lire les journaux et de parler avec les gens pour avoir peur. Presque tout le monde avec qui je parle a ete ou connait quelqu'un qui a ete aggresse ou cambriole. On vie dans la peur et avec raison. Il y a 40 cambriolages par jour, et en 2009, 4300 femmes de plus de 65 ans ont ete agressees! Mais vous etes homme et jeune alors ca ne vous concerne pas, il semble. Je suis decu que vous ne proposez pas de mesures pour nous debarrasser de la racaille qui nous pourrit la vie, c.a.d. les criminels etrangers, car presque tous les crimes sont commis par eux. On vit dans une ville ou la population n'est pas protegee par la police, une ville sans lois. Livia Varju

Écrit par : Livia Varju | 09/01/2010

Je suis passé dans le préau de l'école du Seujet, peu après l'annonce de fermeture, notamment le dimanche 13 décembre 2009 (il est envisagé de le fermer le week-end). Il était d'une propreté remarquable. Je n'ai rien vu ni trouvé de dangereux pour des enfants. Seule une malheureuse bouteille de whisky était sagement posée sur un banc, vide de contenu, intacte par ailleurs. Elle n'avait certes rien à faire là mais ne demandait qu'à être déposée dans une poubelle, un geste citoyen à la portée de tous.
Oui, n'en déplaise à ceux qui ne vont pas dans les préaux de la Ville de Genève, un large panneau affiché aux entrées dit que "Les préaux sont des lieux de vie pour tous. RESPECTONS-LES!" Que les autorités respectent et fassent respecter ce qu'elles disent ou prônent, sans recourir à l'exclusion.

Écrit par : Olivier Baud | 10/01/2010

Monsieur Baud,

Le problème est ardu...dans certains préaux, ce sont des seringues vides que l'on trouve et même une bouteille en verre peut s'avérer dangereuse.

Si l'on veut garantir la sécurité des écoliers, il convient, si on laisse les préaux ouverts, d'avoir un nettoyage obligatoire du préau avant l'horaire scolaire. Ceci devrait être une GARANTIE dans chaque établissement. Il y a de très jeunes enfants en enfantine, qui sont parfaitement inconscients des dangers de certains objets. Devant la recrudescence des objets dangereux laissés dans les préaux, une stratégie sécuritaire s'impose, non?
Sans peindre le diable sur chaque muraille, il est du devoir de l'école de protéger les enfants qui lui sont confiés.

Écrit par : légensontétranges | 10/01/2010

il n'y aura plus qu'ensuite à transformer les éoliennes en miradors et tout sera dit

Écrit par : lovsmeralda | 01/09/2010

Les commentaires sont fermés.