30/05/2010

Ecole obligatoire : la cohérence attendra

L’école primaire risque-t-elle de se faire phagocyter par l’enseignement secondaire 1 ? Au motif que les deux niveaux devraient se rapprocher – ce qui est par ailleurs souhaitable – le projet de fusion des directions respectives est parfois évoqué, mais de manière allusive et sans réflexion ni imagination, au risque de laisser le modèle le mieux connu déteindre sur l’autre…
L’école obligatoire à 4 ans (2012), l’introduction de l’anglais en 5ème primaire (prévue en 2013) et les attentes toujours plus nombreuses de la société envers l’école tendent à faire penser à un décalage, à un démarrage de l’école avancé de deux ans. Le cycle d’orientation (CO) – celui actuel, parce que le nouveau qui s’annonce en 2011, avec le retour des sections et ses multiples passerelles, sera plutôt coton ! – offre un système peut-être plus lisible, rassurant, avec tant d’heures de maths, tant de français, etc. ; il est aussi plus proche du vécu de chacun et donc mieux compris. Du coup, pourquoi ne pas appliquer aux élèves du primaire le régime réservé jusqu’à maintenant à ceux du CO ? Pourquoi ne pas leur imposer un horaire rempli de 32 périodes de 45 minutes ? En réalité, quantité n’est pas garantie de qualité. Mais un des problèmes principaux vient du fait que la majorité des acteurs a toujours de la peine à concevoir la scolarité obligatoire comme un tout. Onze degrés qui se suivent, sans scission, avec une progression cohérente du parcours de l’élève, serait-ce chose impossible ?
Le département de l’instruction publique (DIP) avait bien annoncé la création d’une direction générale de l’enseignement obligatoire (DGEO) en 2009… Il n’en a rien été, bien évidemment, le projet est resté au point mort, et le CO continue à ignorer largement ce qui se fait au primaire. Après deux décennies au minimum de dénonciations d’incohérences diverses (par exemple, la généralisation de l’introduction de l’enseignement de l’allemand au primaire date de 1988 mais le CO n’en tient pas vraiment compte), les changements constatés par les enseignants sur le terrain sont minimes. Une DGEO ne constituerait pas la panacée, certes, surtout si elle se met en place dans la peur, l’incompréhension et le refus du corps enseignant secondaire qui craint notamment pour son statut. Mais faire perdurer deux directions générales ne se justifie pas, se révèle néfaste pour la formation des élèves ; une DGEO devrait donc se réaliser avant la fin de la législature. Il convient ainsi de discuter des conditions de mise en oeuvre pour que son avènement probable ne se fasse pas au détriment de l’une ou l’autre partie.
En effet, la prépondérance du CO, si l’on considère par exemple qu’il lui revient d’accepter ou pas les élèves en provenance de l’enseignement primaire, existe bel et bien. Une situation inédite aurait pu permettre de modifier cela. En effet, le primaire d’abord puis le CO ont dû subir l’épreuve d’une votation populaire qui modifie leur organisation. Quoi qu’on pense de la traduction qui est faite de la volonté du souverain par les autorités, ce point commun aurait dû sauter aux yeux. Ainsi, le DIP aurait pu saisir l’occasion de fondre les règlements de l’enseignement primaire et du CO en un seul document, donnant enfin l’opportunité aux deux entités de commencer à construire l’avenir. Au lieu de cela, le primaire garde son règlement insatisfaisant et le CO modifie le sien précipitamment ; les territoires respectifs vont continuer à être gardés, avec avantage au secondaire qui conserve sa position dominante. Le paradoxe, c’est que le corps enseignant primaire voit bien l’intérêt qu’il y aurait à gagner en cohérence durant la scolarité obligatoire en regroupant les forces, et serait prêt à changer ses représentations pour le bien des élèves, mais que, au vu de la faiblesse et du peu de conviction de sa direction et du DIP, il résistera tant que les velléités de « secondariser » les huit premiers degrés de l’école ne seront pas clairement écartées.

17:46 Publié dans Ecole genevoise | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

09/05/2010

Temps d'enseignement au primaire : Genève est dans la moyenne suisse

Dans le cadre de la consultation sur le projet de nouvel horaire scolaire - qui ne concerne que l'enseignement primaire - d'aucuns pensent ou essaient de faire croire que les écoliers du canton de Genève sont ceux qui vont le moins à l'école.
Or, les degrés de l'école primaire genevoise ont un temps d'enseignement qui se situe dans la moyenne suisse. Douze cantons sont moins bien dotés que Genève.
Le vrai déficit se situe au secondaire I (au cycle d'orientation) où seul un canton suisse (NW) a un peu moins d'heures que le CO genevois.
=> Les deux tableaux extraits de L'Education en Suisse - Rapport 2010 (CSRE)* le montrent très bien.
Il faut donc espérer que la consultation en cours permettra de révéler le manque de pertinence de l'unique scénario proposé afin de corriger le tir et de tenir compte de la réalité !
*http://www.skbf-csre.ch/news.0.html?&L=1

21:06 Publié dans Ecole genevoise | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

01/05/2010

Il faut éviter la "secondarisation" de l'école primaire

Les spécificités propres à l’enseignement primaire sont-elles vouées à disparaître ? Méconnues, oubliées, moquées, minimisées ou ignorées, elles sont en tous les cas malmenées dans le contexte évolutif de l’école genevoise.
Le concept de progression et de cohérence tout au long de la scolarité obligatoire est mis en avant depuis longtemps et constitue une priorité. Porteur d’un réel espoir, traduit d’une certaine manière avec le plan d’harmonisation scolaire suisse (HarmoS) qui adopte une nouvelle numérotation des degrés de 1 à 11, censé se concrétiser avec le plan d’études romand (PER), il bute en fait méchamment sur les représentations des uns et des autres, et en particulier sur celles des autorités. Dès 2000, le programme de suivi des acquis des élèves (PISA) a focalisé l’attention sur les résultats obtenus par les jeunes de 15 ans. La plupart des débats qui ont suivi, même quand ils avaient trait à l’enseignement primaire, ne parlaient en fait que des compétences et connaissances, acquises ou pas, au sortir de l’école obligatoire. Quelle que soit la véracité des propos – se résumant souvent, hélas, aux sempiternels lieux communs sur la baisse de niveau –, les discours ont démontré une vraie ignorance du travail effectué auprès des élèves de 4 à 12 ans. Aujourd’hui, la situation n’est pas meilleure, mais elle représente un danger accru au vu des projets en cours.
Le changement de l’horaire de l’écolier, projeté pour 2011, est révélateur de la peine qu’ont les décideurs à appréhender la réalité du premier niveau d’enseignement. Le terme de « période d’enseignement », pratiquement jamais utilisé auparavant, est devenu soudain la norme. Il faudrait avoir tel nombre de périodes de 45 minutes de telle discipline pour réaliser les objectifs futurs du PER.
Actuellement, il faut le répéter, la grille horaire est indicative. Il n’y a pas de découpage strict préétabli et les élèves n’interrompent pas leur activité au bout de trois quarts d’heure pour changer de classe. L’enseignant, professionnel responsable, doit trouver les moyens, en prenant en compte l’hétérogénéité de la classe et le contexte local, de conduire tous ses élèves à l’atteinte des objectifs d’apprentissage.
Demain, s’il y a des maîtres spécialistes (MS) pour enseigner l’anglais, voire l’allemand (en plus des MS éducation physique, arts visuels et éducation musicale), si le temps passé à l’école par l’élève est supérieur à celui de son enseignant, il y a fort à parier que la grille horaire sera figée et que cette rigidité bridera à la fois la créativité et la différenciation pédagogiques. La notion d’enseignant généraliste s’évanouira, un métier s’éteindra, et les profs se croiseront dans l’école sans se connaître. La division du travail rendra davantage nécessaire l’élaboration de projets, engendrera la multiplication des réunions, des séances de suivi collégial, etc. pour tenter de sauver un semblant de cohérence… Un investissement lourd de conséquences, coûteux – il faudra à l’évidence diminuer la charge d’enseignement, déployer davantage de dispositifs d’appuis – et dont il n’est pas prouvé que les retombées seront bénéfiques.

19:29 Publié dans Ecole genevoise | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook