26/03/2011

L'heureuse résistance des enseignant-e-s

Il y a un peu plus d’un an, lorsque le département de l’instruction publique (DIP) envisageait d’augmenter l’horaire de l’écolier dès la rentrée 2011, seuls 80 postes supplémentaires étaient prévus. 80 postes pour couvrir un ajout de 4 périodes hebdomadaires à chacun des 8 degrés que compte l’école primaire : le projet était à l’évidence irréaliste et le syndicat ne s’était pas privé de dénoncer cette incohérence. Obligé de plancher un peu plus sérieusement sur le sujet, le DIP lançait ensuite, en mars 2010, une très large consultation sur un unique scénario, instaurant le mercredi matin d’école. Cependant, toujours mal ficelé et assorti d’aucun chiffrage de moyens convaincant, le projet d’un nouvel horaire scolaire était rejeté sans aucune équivoque par le 86% du corps enseignant. Une nouvelle fois, le DIP était contraint de revoir ses plans et annonçait finalement le changement probable d’horaire pour la rentrée 2013. Aujourd’hui, le DIP parle de 207 postes supplémentaires « pour assurer l’école le mercredi matin au cycle moyen » (TdG du 25 mars 2011). Le cycle moyen comptant 4 degrés, c’est bien une cinquantaine de postes par année scolaire qui serait ajoutée. Selon la première prévision du DIP, 10 postes supplémentaires en moyenne par degré auraient été suffisants … en voilà maintenant cinq fois plus ! Comment imaginer que cette stupéfiante progression (qui reste cependant totalement insuffisante) aurait pu exister si les enseignant-e-s n’avaient pas fait preuve de lucidité en dénonçant l’infaisabilité du projet et les soi-disant « évidences » à propos de l’horaire scolaire dont les médias et le DIP rebattent les oreilles des citoyen-ne-s ? La résistance du corps enseignant est salutaire à beaucoup d’égards et mérite d’être relevée. Elle doit encore se poursuivre. Etudier l’éventualité du lancement d’un référendum contre la loi modifiant l’horaire de l’élève se justifie pleinement.

12:08 Publié dans Ecole genevoise | Lien permanent | Commentaires (15) | |  Facebook

Commentaires

Salut Olivier,
Le mercredi d'école ne fait pas l'unanimité. L'augmentation de l'horaire scolaire de l'écolier du primaire semble pourtant indéniable. Dès lors, peux-tu nous dire si des solutions autres que celle du mercredi matin sont envisageables et si oui lesquelles?
Merci d'avance.

Écrit par : Duval | 26/03/2011

Oui, il existe en tout cas une autre solution qui consiste à allonger la journée de l'écolier. La SPG avait proposé deux scénarios alternatifs (continu sur 5 jours et allongé sur 4 jours ; 7h55 début - 16h15 fin des cours) au DIP le 15 décembre 2009, mais ils n'avaient pas été étudiés par la commission ad hoc... Les voici :

HarmoS et horaire scolaire (HHS)

Propositions alternatives du comité de la SPG soumises au DIP (groupe de pilotage HHS restreint) le 15 décembre 2009, mais non traitées par la commission HHS
________________________________________
Horaire H1 – horaire continu – variante 1A – 30 périodes/semaine = 1'350 minutes
Sur 5 jours : lundi-mardi-mercredi-jeudi-vendredi
08h00 08h30 30’ Appui spécifique, facultatif

08h30 09h15 45’ 1ère période d’enseignement
09h15 10h00 45’ 2e période d’enseignement
10h00 10h20 20’ récréation
10h20 11h05 45’ 3e période d’enseignement
11h05 11h50 45’ 4e période d’enseignement
11h50 12h50 60’ repas
12h50 13h35 45’ 5e période d’enseignement
13h35 14h20 45’ 6e période d’enseignement

14h20 14h30 10’ Pause, si études
14h30 15h15 45’ Etudes (lu-me ou ma-je)

Augmentation de 50 minutes par rapport à l’horaire actuel. Avantages : début retardé qui pourrait permettre de placer à 8h00 un appui spécifique. Permet également de prévoir un éventuel temps d’études de 14h30 (10’ de pause à 14h20) à 15h15 (p. ex. 2 x/sem.). Blocs de 3x2 périodes. Repas obligatoirement pris sur place. Pique-nique occasionnel possible ou restaurant du quartier.
________________________________________
Horaire H3 – jours allongés – variante 3A – 32 périodes/semaines = 1'440 minutes
Sur 4 jours : lundi-mardi + jeudi-vendredi
07h55 08h40 45’ 1ère période d’enseignement
08h40 09h25 45’ 2e période d’enseignement
09h25 09h45 20’ récréation
09h45 10h30 45’ 3e période d’enseignement
10h30 11h15 45’ 4e période d’enseignement
11h15 12h00 45’ 5e période d’enseignement
12h00 13h45 105’ repas
13h45 14h30 45’ 6e période d’enseignement
14h30 15h15 45’ 7e période d’enseignement
15h15 15h30 15’ récréation
15h30 16h15 45’ 8e période d’enseignement

Permet de préserver le mercredi de congé pour les élèves et de concilier une fin de l’école proche de l’horaire actuel (16h15 au lieu de 16h00). Le cycle 1 pourrait commencer à 8h40 et avoir la récréation décalée (10h10-10h30). La 8ème période (ou la 5ème période) d’enseignement pourrait être transformée en temps d’études obligatoire par exemple le lundi et le jeudi (ou le mardi et le vendredi). Le temps du repas est de 1h45 mais pourrait être allongé à 2h., ce qui ferait terminer à 16h30.

Document de travail du comité de la SPG – 7 décembre 2009

Écrit par : Olivier Baud | 26/03/2011

Le projet de loi que nous avons étudié en commission enseignement du Grand Conseil ne laissait aucune alternative. Nous l'avons refusé (les Verts).
Il n'appartient pas aux députés de fixer le détail des choses (cf propositions SPG)mais le cadre général.
Le DIP (ou plutôt le Conseil d'Etat) aurait pu tout décider par voie réglementaire. Il a choisi la voie parlementaire avec le risque de referendum pour s'assurer une assise....ce qui n'est pas plus mal. Les parents d'élèves sont divisés.La droite (excepté PDC) veut davantage d'école mais quand on lui présente la facture en postes supplémentaires, elle recule. Il y aura en principe 2 rapports de minorité (Verts et MCG).
Attendons la décision de l'AG de la SPG.
Le boulversement de la vie familiale qu'implique le mercredi matin d'école est tel que l'on peut être pas trop pessismiste pour l'issue d'un referendum
p.losio

Écrit par : pierre losio | 26/03/2011

"Etudier l’éventualité du lancement d’un référendum contre la loi modifiant l’horaire de l’élève se justifie pleinement."

Pas étudier l'éventualité. Mais passer au lancement de ce référendum dès la loi votée. Je signe et fais signer.

Écrit par : Johann | 26/03/2011

Merci Olivier pour ces explications qui ont une importance certaine. Ca sent très fort le référendum ... ce qui n'est pas si mal en effet! Le peuple aura, lui, le choix!

Écrit par : Duval | 26/03/2011

Bonjour,

Personne jusqu'ici n'a pu me dire pourquoi Harmos entraîne de facto une augmentation de l'horaire scolaire.

Pour avoir de la famille dans d'autres cantons, je sais que ce n'est as vrai que les genevois ont moins de périodes que les autres.

J'ai cru remarquer que le DIP joue avec 2 notions qui ne sont pas interchangeables: l'école le mercredi matin et le nombre de périodes.

Hors certains cantons ont bien le mercredi matin, mais avec un nombre de périodes moindres sur la semaine, mais peut-être mieux réparties.

A Genève, on n'a pas le mercredi, mais le nombre de périodes n'est pas moins élevé que dans les autres cantons.

Ce qui est incorrect à mon avis, c'est de faire croire à tout le monde: que les petits genevois ont moins de périodes que dans les autres cantons, car ils ont congé le mercredi matin; et que de ce fait, l'augmentation horaire est inéluctable, ce qui à mon sens est archi-faux.

Augmenter le personnel enseignant serait probablement plus efficace que de surcharger les petits élèves.

Bon dimanche
VS

Écrit par : vieuxschnock | 27/03/2011

A VS : effectivement, la désinformation initiale au sujet d'HarmoS et de l'horaire scolaire continue à être relayée par la TG et d'autres ; voilà ce que j'écrivais le 8 mars 2009... :

Horaire scolaire : HarmoS a bon dos…

L’accord sur l’harmonisation de la scolarité obligatoire (concordat HarmoS) oblige-t-il les cantons, Genève en particulier, à augmenter l’horaire de l’écolier ? - Non.
Harmos oblige-t-il les cantons à avoir un volume de formation identique ? - Non. Etc.
Les résultats de l’enquête du service de la recherche en éducation (SRED) menée auprès des parents au sujet de l’horaire scolaire révèle néanmoins que l’augmentation du temps que les élèves devraient passer à l’école a été présentée aux familles comme inéluctable. Selon la synthèse du SRED présentée le 5 mars, la question était posée ainsi : « Les heures d'enseignement à l'école primaire vont être augmentées, préférez-vous que ces heures soient ajoutées le mercredi matin ou sur chaque jour d'école, le mercredi restant un jour de congé ? ». La conférence de presse du DIP s’intitulait, elle, « HarmoS et Horaire Scolaire »…
Que le département de l’instruction publique (DIP) veuille revoir à la hausse le temps d’enseignement est une chose. Mais il ne peut pas sous-entendre ou laisser dire que c’est HarmoS qui l’y contraint. Ce n’est pas non plus l’introduction de l’anglais (prévue en 2011 mais déjà repoussée à moult reprises) qui peut à elle seule justifier une augmentation de l’horaire. L’anglais ne concernera en effet que deux degrés sur les huit que compte le primaire.
Et ce n’est pas en s’achoppant sur la forme de l’horaire (faut-il maintenir le mercredi de congé ou pas) et en voulant la définir préalablement que l’on trouvera le contenu de la grille horaire.
Bref, il est regrettable de voir que l’opinion publique est d’emblée manipulée alors que le débat sur le fond, sur les vraies motivations qui plaideraient en faveur d’une augmentation de l’horaire scolaire, avec de probables volumes de temps d’enseignement différenciés suivant l’âge des élèves, n’a pas commencé.

8 mars 2009

Écrit par : Olivier Baud | 27/03/2011

Cher Monsieur,

Mais alors, la question qui tue, comme disent les jeunots, c'est comment informer le public?
N'étant pas journaliste, comment faire passer au grand public que l'augmentation horaire ne découle pas d'Harmos?
Bref, que peut-on faire là-contre? Ces données peuvent-elles être incluses dans un référendum ?

Merci de votre engagement!

VS

Écrit par : vieuxschnock | 27/03/2011

Le référendum constituera l'occasion de mieux informer. Cela dit, il faut être lucide et considérer que d'une certaine manière, depuis les déclarations intempestives de Mme Isabelle Chassot en août 2006 au sujet de l'horaire de l'écolier genevois, le mal est fait, et a créé de profondes et durables séquelles. Quant aux journalistes, s'ils prenaient 5 minutes pour lire les 17 articles du concordat HarmoS http://edudoc.ch/record/24710/files/HarmoS_f.pdf , peut-être qu'ils seraient moins enclins à reproduire sans aucune distance les discours dominants qui s'apparentent bien souvent à des rumeurs ou à des propos de bistrot.

Écrit par : Olivier Baud | 27/03/2011

Je confirme ce qu'explique Olivier.
Le projet de loi Harmos que nous commençons à traiter à la commission de l'enseignement n'implique aucunement le mercredi matin d'école.
Pierre Losio
député

Écrit par : pierre losio | 27/03/2011

En effet, le référendum sera l'occasion d'ouvrir le débat à toute la population. Et là, je suis moins pessimiste que toi, Olivier.
Les citoyens ne sont pas tant au courant de tout ce qui se dit dans le milieu scolaire ni des déclarations de Chassot ou même de Beer. Le débat sera public, chacun pourra faire entendre sa voix. Les citoyens sauront alors faire la part des choses. Les journalistes également seront friands et sauront faire monter la sauce....

Écrit par : Duval | 27/03/2011

Bien, je vois qu'il y a de l'espoir...o)

Écrit par : vieuxschnock | 27/03/2011

Genève en 1991:
27'525 élèves / 1496 titulaires / 216 profs d'appui / 264 MS / 18,4 élèves par classe / 13,92 de taux d'encadrement (= 14 élèves par adulte travaillant à 100%).
.
Genève en 2010:
33'216 élèves / 1653 titulaires / 113 profs d'appui / 188 MS / 20,09 élèves par classe / 16,99 de taux d'encadrement (= 17 élèves par adulte travaillant à 100%).
.
Qu'en déduire?
300 profs manquent depuis 20 ans ! Pour cacher tout cela, on tire des conclusions inadéquates de PISA et on traite l'école genevoise de mauvaise... La solution à tout cela? Rétablir des moyens en personnel?
Non! La solution de M. Beer et consorts = augmenter l'horaire des élèves... Avec quels enseignants? Ceux que nous n'avons déjà pas? Avec les 30 millions données au CO sur nos économies?
.
Nous voulons que l'horaire des élèves soit le même que celui de leur enseignant = 28,9 périodes par semaine, comme aujourd'hui, et c'est amplement suffisant.
On gagnerait même quelques heures en arrêtant d'ajouter sur le temps de l'école des activités non scolaires que les élèves pourraient faire sans nous, en étant par exemple convoqués avec leurs parents sur certains mercredis! (= vélo, police, pompiers, dentiste, brossage dents, ...) !
.
*************
Sources officielles: Motions du Grand Conseil et interpellations / Conférences de presse du DIP / SRED / ... / http://www.geneve.ch/grandconseil/data/texte/P01707A.pdf
lire la page 30... effarant !

Écrit par : valérie | 28/03/2011

Autre problématique importante: l'horaire des enseignants ne peut pas être augmenté, donc M. Beer veut faire un copier-coller de l'organisation du cycle (multiplicité de profs) et l'imposer au primaire. M. Wittwer se défend de vouloir secondariser le primaire, mais alors qu'est-ce que c'est que tout cela?
.
Les élèves, dès 8 ans, n'auraient plus un référant, mais plusieurs! Les collaborations multiples seraient donc incontournables mais elles coûteront en temps, donc il faudrait encore abaisser l'horaire des enseignants face aux élèves pour augmenter leur temps de travail hors classe? (réunions, discussions, organisations à plusieurs, ...). Que de bla-blas!
Les profs du cycle à plein temps ont au maximum 24 périodes avec les élèves. Au primaire nous sommes à 28,9, avec 10 matières à enseigner !!! C'est passionnant mais suffisant.
.
Au final, les trous dans les horaires vont empêcher le travail commun, mais cela, personne ne le voit?

Écrit par : valérie | 28/03/2011

Merci pour votre texte.
Je suis tombé dessus en cherchant des informations sur Harmos.
Voilà 5 ans que je prends mes mercredi pour être avec mes enfants (aujourd'hui âgés de 3 ans et 6 ans), et mon expérience est clair.

Mes enfants ont besoin d'une pause "sans" école dans la semaine, pour ..
- Jouer en pyjama à la maison un jour de pluie.
- Découvrir des objets insolites au marché aux puces.
- Acheter des légumes au marché des eaux-vives.
- Traverser Genève en luge en jour de grosse neige !!
- Faire une 20ème fois un tour au musée des sciences naturelles.
- Aller voir Papy et Mami.
- vider la boîte de lego au milieu du salon
- etc...

J'en profites pour remercier les enseignants (GE) qui font un travail remarquable avec les enfants.

Si vous avez besoin de signature ou d'une aide de parent d'élèves pour s'opposer à HARMOS... je suis des vôtres.

A part celà, si vous voulez allonger un peu les heures d'enseignement pourquoi ne pas prendre 2 semaines sur les vacances d'été... (peut-être que cette idée ne ferait pas plaisir aux enseignants, mais je peux vous dire quelle plairait beaucoup aux parents que nous sommes)

Écrit par : Lionel | 31/03/2011

Les commentaires sont fermés.