13/04/2011

Vers une votation sur l'horaire scolaire

L’Assemblée générale de la SPG réunie le 12 avril a décidé à la quasi unanimité (une seule voix contre - 200 favorables) de lancer un référendum contre la loi sur l’horaire scolaire. Plus de deux cents enseignant-e-s étaient présent-e-s pour exprimer leur ras-le-bol devant des conditions d’enseignement qui se détériorent depuis vingt ans. Face à un département qui, objectivement, n’a pas amélioré le taux d’encadrement des élèves, le corps enseignant n’est pas prêt à s’en laisser conter avec les promesses tardives de postes. Comment croire que des moyens pourraient surgir miraculeusement, alors que cela semblait impossible durant dix ans ? Comment accepter des postes, en admettant qu’ils existent un jour, qui, de toute façon, ne viendraient pas combler le manque de profs dénoncé depuis la fin des années nonante ? L’enseignement primaire avait à l'époque dû accueillir 6'000 élèves en plus (passant de 27'000 à 33'000 élèves en six ans) sans aucun poste supplémentaire (ou presque) ! Bref, la question de l’horaire de l’écolier est très complexe et il y aurait encore beaucoup de choses à dire : en attendant, la résolution prise par la SPG donne un signal fort, propice aux débats… et à une abondante récolte de signatures !

09:22 Publié dans Ecole genevoise | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Si j'ai tout compris:
1) Il y a 20 ans, l'école allait bien. On voulait faire des économies. On a rogné sur le taux d'encadrement au fil des années.
2) L'école va moins bien. On bricole de ci de là, mais sans remettre les moyens de quand elle allait bien, par souci d'économie.
3) L'école ne va plus. Par souci d'économie, on augmente l'horaire de l'élève au lieu de remettre des enseignants.
4)....devinez

Écrit par : Lulu Berlue | 13/04/2011

Les commentaires sont fermés.