15/10/2011

Dégrader les conditions d'enseignement pour aider les élèves ?!?

61,4% des lecteurs sondés par la Tribune pensent que l’ajout du mercredi matin d’école va dégrader les conditions de travail des enseignants primaires. Mais la TG du 14 octobre 2011 ne s’attarde que sur un seul résultat, celui du 69,3% en faveur du changement d’horaire. Affichette (dans la rue), manchette (1ère page), gros titre des pages 2 et 3, etc. : tout est centré sur le fait qu’une majorité du panel représentatif choisi par le média est en faveur de quatre jours et demi d’école. Mais comment y croire, ou que faire de ces deux résultats qui s’annulent mutuellement ? En effet, personne ne peut soutenir que des conditions d’enseignement détériorées apporteraient un quelconque bénéfice aux élèves. La seule conclusion honnête à tirer de ces deux chiffres est que le mercredi matin d’école ne convainc pas vraiment.

15:13 Publié dans Ecole genevoise | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

Commentaires

Pour la enième fois....quelles sont alors les propositions que tu fais ou que la SPG fait? Clairement 2 questions qui demandent une réponse claire:faut-il augmenter l'horaire scolaire? Si oui, si ce n'est en instaurant le mercredi matin d'école, comment?

Écrit par : Duval | 16/10/2011

Cher André, je veux bien répondre à ta question : - Non. Ou non s'il s'agit d'augmenter de 4 périodes l'horaire des élèves de 8 à 12 ans, et de leur concocter une semaine d'école aussi remplie, voire davantage si l'on tient compte des études surveillées très fréquentées, que celle d'un élève du Cycle. Du coup, tu vois, ta 2ème question n'existe plus. Maintenant, comme toute question éducative est assez complexe, ma réponse mériterait d'être développée. Je crois que moi ou la SPG ou les parents contre le mercredi matin l'ont fait à moult reprises. En résumé,le DIP aurait dû tenir compte du résultat de la consultation qu'il a menée en mai 2010 et remettre l'ouvrage sur le métier. Mais il a préféré rédiger son PL tout seul. Le référendum était donc logique. Et 18'000 signatures montrent qu'il était on ne peut plus légitime. D'aucuns préfèrent toutefois tenir des propos fatalistes "on n'a pas le choix" "c'est la moins pire des solutions" etc. alors qu'en réfléchissant ensemble, des solutions pourraient être trouvées, notamment s'il faut intégrer 2 périodes d'anglais en 7 et 8P. Des horaires équilibrés et progressifs existent ou sont en projet dans d'autres cantons - et n'atteignent pas 32 périodes hebdomadaires ! Par ailleurs, la SPG avait à l'époque fait deux propositions alternatives que j'ai déjà mises en réponse à tes questions dans les commentaires du blog :
http://olivierbaud.blog.tdg.ch/archive/2011/03/26/l-heureuse-resistance-des-enseignant-e-s.html#comments
Un scénario à 30 périodes et un autre en rallongeant de manière tout à fait crédible l'horaire actuel en intégrant les temps d'études. Mais le DIP avait refusé de les discuter.
Il faut donc gagner la votation du 11 mars 2012 et, comme par hasard des solutions seront trouvées. Si le DIP n'a pas de plan B comme il le prétend, d'autres se chargeront de faire des propositions cohérentes et respectueuses des élèves.
Tu m'excuseras de ne pas faire plus long ici.

Écrit par : Olivier Baud | 16/10/2011

Cher Olivier,
Merci pour ta réponse. Je me permets de dire que pour avoir une chance de gagner cette votation, la SPG a intérêt à développer tout cela dès maintenant. Faute d'explications à la population, il me paraît évident que le mercredi matin sera largement accepté. De mon côté, je serais ravi qu'un débat s'instaure et que chacun puisse faire valoir ses arguments. Les dés sont donc dans ton camp et dans celui da la SPG.

Écrit par : Duval | 16/10/2011

"Et 18'000 signatures montrent qu'il était on ne peut plus légitime."

Ouf! Très soulagé d'apprendre que le référendum a réussi! Très, très heureux. Quel plaisir ce sera d'envoyer le grand manitou sur les roses! Il aura au moins des fleurs à offrir à...

Bref, il est exclu que mon enfant se rende à l'école le mercredi matin. Son horaire de la semaine est déjà parfaitement rempli par 6 cours extra-scolaires et il a besoin de son mercredi.

Écrit par : Johann | 16/10/2011

Nous désirons simplement que les élèves aient le même horaire que leurs enseignants sur temps scolaire afin de ne pas multiplier les adultes autour d'eux et garder une vue globale de l'enfant et de ses problématiques, pour ne pas diluer la responsabilité...
Pouvoir garder un 100% c'est pouvoir différencier les parcours car pas de périodes de 45 minutes imperméables les unes aux autres. Si un élève a besoin de plus de math, il le pourra pendant que son camarade qui a besoin de plus de français, au même moment, aura du français. C'est la force du primaire et la faiblesse du système au CO.
C'est le seul moyen que le primaire a encore de gérer l'hétérogénéité de ses élèves puisqu'il y a toujours moins de MS, moins d'appui et moins de fois la classe en demi-groupes.
Le mercredi? Corrections, création de cours, divers rendez-vous au SPMI, avec les logos, etc... des formations, des mercredis de ski, de foot, de basket, de tchoukball, tous ces tournois où les instit' coachent leurs élèves après avoir offert des "midis" d'entraînement sur les autres 4 jours d'école!
Anglais = 2 heures de plus? Il faudra en discuter bien sûr mais le corps enseignant n'est pas opposé à une discussion sereine...

Écrit par : Valerie | 18/10/2011

Merci d’avoir relevé, avec acuité, les incohérences de ce sondage qui a été, par ailleurs monté en épingle par la Tribune de Genève, d’une manière éhontée et que je dénonce dans « Tempête médiatique sur l’école » de mon blog:
http://micheleroullet.blog.tdg.ch/archive/2011/10/16/tempete-mediatique-sur-l-ecole.html
Il faudrait aussi parvenir à ce que le corps enseignant (particulièrement les enseignants du secondaire, C.O et Collège) puisse entendre les inquiétudes des enseignants du primaire et comprendre que, à travers le refus du mercredi matin d’école au primaire, se joue la qualité de l'école.

Écrit par : Michèle Roullet | 18/10/2011

Les commentaires sont fermés.