28/12/2011

Contre-vérités sur le mercredi matin d'école

Trois profs de l’enseignement secondaire, MM. Ramadan, Paparou et Deshusses, annoncent dans Le Courrier de ce jour la naissance d’un comité de soutien au mercredi matin d’école. Il faut remercier ces membres (ou très proches) du parti socialiste (PS) pour leur article. Il est en effet emblématique des mensonges, manipulations, omissions et contre-vérités qui entachent ce dossier depuis longtemps. C’est un vrai tour de force d’arriver à tordre la réalité en si peu de lignes. Et une gageure de relever ici toutes les inexactitudes pour essayer de rétablir la vérité. Je pourrais passer sur le fait qu’il est amusant – les médias l’ont fait avant eux – de ne citer que (d’opposer en fait) la SPG et le MCG. Il est moins accrocheur de dire que le référendum – 18'000 signatures ! – était aussi soutenu par solidaritéS et des comités de parents qui on récolté bien plus de paraphes que le MCG. Mais de quel droit ces messieurs affirment-ils que les opposants au changement d’horaire à l’école primaire ne peuvent pas compter sur le soutien de la CGAS, de la FEG et du SER ? Contre toute attente, la CGAS, acquise au départ au mercredi matin, ne prendra pas position car elle a entendu les arguments des référendaires. Ses membres demeurent certes partagés, ce qui est compréhensible du fait que tous n’ont pas pu écouter le débat qui a eu lieu entre le DIP et la SPG le 16 novembre. La FEG, elle, malgré le soutien actif du SSP et des écoles de musique, ne prendra pas non plus position à cause d’une seule de ses composantes, la FAMCO, qui a fait valoir son droit de veto. Selon sa présidente, Mme Moyard – députée PS, un hasard – les enseignants du CO seraient favorables à asséner aux élèves de 8 ans un horaire égal à ceux des élèves de 14 ans : ce n’est pas ce que nous ont dit les nombreux enseignants du secondaire qui ont signé le référendum. Quant au SER, c’est absolument faux de dire qu’il ne le soutient pas puisqu’il a pris position le 16 juin 2011 en sa faveur et participera financièrement à la campagne pour la votation du 11 mars 2012 afin que cette loi qui propose un horaire démesuré soit rejetée (voir mon blog du 16 juin 2011).

Faute d’arguments, ce nouveau comité ironise en se demandant s’il faut « inventer la semaine d’un après-midi ». Ou invoque la votation de 1982 en la rebaptisant « initiative pour la suppression de la semaine de quatre jours et demi » alors qu’il n’était pas du tout question de cela – seule la suppression du samedi matin était en jeu et un report des heures sur le mercredi matin ou le jeudi, si la loi avait été acceptée n’était pas du tout exclu (cf. mémorial du GC du 14 septembre 1979). Jouant sur cette interprétation, le comité prétend aussi que la SPG se serait « opposée à la suppression de la semaine de quatre jours et demi » alors que l’enjeu portait sur le samedi. Enfin, en tant que défenseurs de « la démocratie », M. Ramadan et consorts veulent rappeler que c’est « le gouvernement monocolore » qui a supprimé le samedi matin en 1997. C’est omettre le fait qu’un samedi sur deux avait déjà été supprimé dès 1992 par Dominique Föllmi (DC, chef du DIP, membre d’un exécutif qui n’était en rien monocolore). C’est aussi passer sous silence le fait que Martine Brunschwig Graf (libérale), si elle était favorable à abandonner la pratique d’un samedi sur deux, défendait surtout l’ « horaire romand », comme on l’appelait alors, qui incluait le mercredi matin d’école. Et que c’est le très large sondage des parents, dont le résultat plébiscitait la semaine de 4 jours d’école (2 + 2 ; lundi, mardi + jeudi, vendredi) qui a engendré l’horaire actuel. La cheffe du DIP, en « bonne » libérale qu’elle était, avait simplement, elle, écouté les résultats de la consultation, soit l’avis de plus de trente associations concernées de près… (voir le débat au Grand Conseil du 6 juin 1997).

22:36 Publié dans Ecole et société | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook