07/01/2012

Genève enseigne davantage que Fribourg !

Les élèves genevois du cycle moyen (CM : él. de 8-11 ans) ont davantage d’heures d’enseignement que leurs camarades fribourgeois ! Si l’on ne tient pas compte des heures d’éducation religieuse dispensées à Fribourg, Genève a 43 heures d’enseignement en plus.

Précisément, Fribourg totalise 3'546 h. 30 durant les quatre années (degrés 5-6-7-8) du CM, dont 253 h. 30 d’éducation religieuse. Si l’on enlève ces heures, ce qui est bien normal vu que Genève, canton laïque, ne saurait dispenser ce genre de cours, le total passe à 3'293 heures. Or, il se trouve qu’à Genève, les élèves du CM ont 3'336 h. 40 de cours, soit bien 43 h. 40 de plus qu’à Fribourg. La différence peut sembler marginale. Certes, et je ne prendrais pas le temps de la communiquer si le département de l’instruction publique (DIP) n’avait pas continuellement, depuis près de 3 ans, martelé que les élèves genevois travaillaient moins que les élèves des autres cantons romands, citant par ailleurs souvent Fribourg en exemple... La vérité, on le voit, est tout autre.

Tous ces chiffres sont extraits des tableaux qui se trouvent dans le communiqué de presse du DIP (5 déc. 2011, p. 4) au sujet de PISA. On pourrait se demander pourquoi le DIP se perd dans des considérations sur l’horaire de l’écolier primaire alors qu’il est question de communiquer sur les résultats des élèves de 15 ans (11ème degré du CO) aux tests de l’OCDE… Mais bon, puisque c’est le DIP qui le dit, autant utiliser ces chiffres à bon escient et rétablir ainsi un aperçu plus correct de la réalité.

18:59 Publié dans Ecole genevoise | Lien permanent | Commentaires (22) | Tags : mercredi matin, horaire scolaire | |  Facebook

Commentaires

Encore une contre-vérité de plus donc. Pourquoi donc faut-il toujours que
le débat soit faussé par des arguments fallacieux? Alors que la question est simple en fait: le peuple a accepté le PER et donc l' introduction de l'anglais ainsi que des exigences plus élevées, notamment en allemand. Dès lors, on échappera pas à une augmentation de l'horaire scolaire! La seule question est où placer ces heures supplémentaires? Mercredi matin ou en allongeant chacun des 4 jours actuels? Le peuple en décidera et il est donc important de bien l'informer!

Écrit par : Duval | 07/01/2012

Le peuple n'a jamais accepté le plan d'études romand (PER) ni même Harmos... C'est, hélas, une contre-vérité de plus que d'affirmer que la population aurait donné son aval à un changement d'horaire ou de programme quelconque. Le DIP joue là-dessus, bien entendu, en rappelant notamment que le peuple suisse a accepté le 21 mai 2006 la modification des articles constitutionnels sur l'éducation... articles dont personne ne se souvient vraiment et qui ne parlent pas d'horaire ou de contenus d'enseignement, et qui ne sont en rien contraignants... à consulter sur : http://www.admin.ch/ch/f/ff/2005/6793.pdf
Il n'y a donc aucun impératif à augmenter l'horaire, et ce d'autant plus que nos cantons voisins comptent arriver à remplir les objectifs du PER avec un horaire très proche de celui que connaissent actuellement les écoliers genevois (de 8 à 11 ans) concernés par la loi qui sera soumise à votation le 11 mars 2012...

Écrit par : Olivier Baud | 07/01/2012

B'soir,

Quand on nous a présenté Harmos, c'était en prétextant une harmonisation de l'enseignement au niveau suisse. Mais en fait, on n'a pas voté, puisque à Genève ce n'était pas d'actualité, c'est le Conseil d'Etat qui ratifiait; et il aurait fallu lancer un référendum contre dans un délai imparti....

Bref, de bonnes intentions (harmoniser le système scolaire suisse) on est passé à un grand fourre-tout, avec Harmos invoqué à toutes les sauces (entrée à l'école obligatoire, horaire scolaire, etc)

S'il n'y a pas assez d'heures pour rajouter l'anglais, il faut peut-être couper autre chose, ou bien ne rajouter des périodes qu'aux degrés concernés, ce qui semblerait logique...

Au fait, QUI va donner ces cours d'anglais? les généralistes? des profs spécialisés?

Et qui a décidé que nos écoliers devaient, en plus de l'allemand, apprendre l'anglais à l'école primaire?

Monsieur Baud, qu'entendez-vous par: "Le peuple n'a jamais accepté le PER"
Quand ce PER a-t-il donc été décidé et par qui, alors?

Plus on gratte, plus on en découvre, des choses...

Je suis abasourdie...

Écrit par : Lulu Berlue | 07/01/2012

Serait-ce à dire qu'il n'y a aucune obligation â introduire l'anglais au primaire?

Écrit par : Duval | 07/01/2012

A lire le texte fourni par Monsieur Baud, il semblerait que non....

Écrit par : Lulu Berlue | 07/01/2012

Il me semble pourtant que harmos exige une 2eme langue! Il faut.des certitudes! Olivier?

Écrit par : Duval | 07/01/2012

Harmos n'a pour ambition que d'harmoniser les programmes scolaires et l'âge d'entrée à l'école. Les cantons gardent leur autonomie est matière de politique scolaire. A moins que l'on veuille imiter nos voisins français et n'avoir finalement qu'un ministre d'une éducation nationale. Est-on prêt à sacrifier ce qui fait la richesse de la Suisse: son respect pour sa diversité culturelle et son pouvoir décentralisé tant envié à l'étranger. Aucune chance pour un tel vote d'être accepté par le peuple suisse.
Oui d'autres cantons ont un horaire scolaire primaire plus léger que celui des Genevois. J'ai donné cette information depuis plus d'une année (cf mon blog: http://micheleroullet.blog.tdg.ch/
A cette liste, on peut ajouter le Jura: horaire le matin de 8h 20 à 11h 50 et l'après-midi de 13h 45 à 15h 20.

Écrit par : Michèle Roullet | 07/01/2012

Lisez le texte du concordat harmos, il est clairement spécifié dans l'article 3 point a que 2 langues étrangères sont obligatoires au primaire! Il faudra bien trouver le temps pour les enseigner!

Écrit par : Duval | 07/01/2012

Lorsque les priorités éducatives changent, il faut revoir les programmes. Aujourd'hui notre époque privilégie les langues. Oui, les 2 langues étrangère sont obligatoires au primaire. Ceci est une obligation à laquelle chaque canton devra se soumettre dès 2013. Les autres cantons vont le faire sans autant s'agiter et politiser le débat. Le Valais songe même à diminuer son horaire au primaire tout en respectant le Plan d'étude romand. Des domaines comme l'environnement et la géographie peuvent n'en faire plus qu'un. Bref, il faut, en éducation, avoir un peu d'imagination. Si nos prédécesseurs avaient, à chaque réforme, ajouté des heures d'école, les écoliers iraient aujourd'hui 7/7 jours à l'école et peut-être 10 heures par jour (à suivre certains cela donnerait des génies!!!).
Qui a encore eu à l'école des heures d'écriture et de calligraphie, des heures de dessin technique, des cours de morale et des leçons de rhétorique?
Cette manière d'exploiter Harmos pour imposer des réformes scolaires est honteuse et malhonnête.

Écrit par : Michèle Roullet | 08/01/2012

Dans la brochure intitulée "Harmonisation de la scolarité obligatoire" , "Convention scolaire romande" (à laquelle le canton de GE a adhéré via le GC, si mes souvenirs sont bons) on peut lire à la page 8:

"Formation de base = 5 domaines disciplinaires

Pour la première fois en Suisse sont déterminés les différents domaines qui entrent dans la formation de base......tous les élèves doivent recevoir un enseignement dans cinq domaines, à savoir: langues (langue nationale locale, deuxième langue nationale et une autre langue étrangère), mathématiques et sciences naturelles, ....."

En suisse romande il y avait d'abord le PECARO qui était élaboré (très contesté) et puis on est arrivé au PER (si mes souvenirs sont bons adoptés par le GC de GE) dans lequel les niveaux d'atteinte de l'allemand et de l'anglais sont fixés entre autres pour l'école primaire. Le programme actuellement enseigné au CO en allemand et en anglais en 7ème (ou 9ème avec Harmos) se déplace vers l'école primaire...
Ce qu'il faut savoir c'est qu'á GE jusqu'à maintenant on est incapable d'enseigner l'allemand correctement au primaire.... et cela perdure depuis plus de 20 ans... les méthodes sont mauvaises et les enseignants généralistes ne peuvent pas devenir en plus de spécialistes des langues étrangères.... donc tout prend beaucoup plus de temps. Il
faudra en effet engages des spécialistes.
Mais je ne crois pas non plus qu'on puisse vraiment comparer la population genevoise à la population valaisanne ou fribourgeoise ou les valeurs et l'attitude envers l´école sont certainement pas les mêmes. Je suis persuadée qu´à Genève les enfants sont moins bien suivis à la maison que dans des cantons plus ruraux.... donc.....les enfants ont besoin de plus d´heures à Ge pour acquérir les mêmes savoirs.
A mon avis plusieurs éléments jouent nettement en faveur de ce mercredi matin.

Écrit par : Marion Garcia-Bedetti | 08/01/2012

Oui, l'horaire doit intégrer dès 2013 2 périodes d'anglais pour les degrés 7P et 8P. Cela fait 4 périodes à consacrer à l'anglais (ou à rajouter à l'horaire, c'est selon). Or le DIP prévoit de rajouter 16 périodes, c-à-d 4 fois plus. C'est ce rajout démesuré qui est contesté. La plupart des élèves genevois fréquentent les études surveillées de 16h à 17h. Pourquoi ne pas utiliser cette période en fin de journée à de l'enseignement pour les 7P et 8P, 2 fois par semaine, les lundis et les jeudis par exemple ? Si vraiment il n'est pas possible de remanier l'horaire actuel - ce dont il faut douter -, c'est une solution qui pourrait être envisagée.
Par ailleurs, pour répondre aux divers commentaires, c'est le Grand Conseil qui a approuvé le 18 décembre 2008 l'adhésion à Harmos et à la Convention scolaire romande. De là découle le PER http://www.plandetudes.ch/ qui concerne l'ensemble de la scolarité obligatoire (degrés 1 à 11) mais qui n'a subi l'épreuve d'aucune validation parlementaire ou populaire. Enfin, le PER définit le 85% des matières à enseigner. Un 15% est laissé aux cantons pour aménager leur horaire propre. Aujourd'hui - le PER a été introduit progressivement à la rentrée 2011 -, le degré 5P genevois a une grille-horaire "PER" avec les périodes actuelles : preuve qu'il est tout à fait possible d'aménager l'horaire de l'écolier sans en changer le volume, sans l'augmenter donc, et sans rien sacrifier

Écrit par : Olivier Baud | 08/01/2012

Mais vous oubliez l'allemand qui devient nettement plus exigeant pour le primaire !
En tant que pédagogue vous devriez également savoir que les fins d'après-midi ne sont pas les meilleurs moments pour transmettre des savoirs et acquérir des connaissances. Les matins sont nettement plus efficaces !
Rien que cet élément-là devrait vous convaincre !

Je ne comprends vraiment pas pourquoi à GE TOUT est un problème....?????? Et après on se demande pourquoi TOUT fonctionne moins bien qu'ailleurs en Suisse, tout en prétendant de faire mieux qu'ailleurs....

Écrit par : Marion Garcia-Bedetti | 08/01/2012

Voilà qu'enfin le débat devient vraiment intéressant parce que "basé" sur des réalités et non des contre-vérités ! Je m'en réjouis !

Écrit par : Duval | 08/01/2012

@ Marion GB : la plage horaire 14h30-17h00 est au contraire, selon les chrono-biopsychologues, tout à fait propice aux apprentissages ! Le DIP essaie assez d'exploiter les recherches de François Testu (voir le tous ménages du DIP, Les Clefs de l'Ecole no 8 - automne 2011) mais encore faut-il savoir lire attentivement et bien les comprendre...
Quant aux exigences plus grandes en allemand... N'est-ce pas aussi ce qui est demandé pour le français, la lecture, les mathématiques, les sciences (vive PISA !)... et tout le reste ? A quand la semaine de 50 heures ? Il faut être sérieux. En tant qu'enseignante au cycle d'orientation, vous feriez bien de vous demander comment le CO va honorer tous ces "nouveaux" objectifs du PER - qui le concernent aussi -, alors qu'il n'augmente pas son horaire d'une minute... Mais c'est tellement plus simple de regarder du côté du primaire, c'est vrai - on a l'habitude !

Écrit par : Olivier Baud | 08/01/2012

@ Madame Marion GB, je n'ai pu lire aucun argument convainquant sur vos remarques jusqu'à présent.
Des railleries ("Je ne comprends vraiment pas pourquoi à GE TOUT est un problème....?????? Et après on se demande pourquoi TOUT fonctionne moins bien qu'ailleurs en Suisse, tout en prétendant de faire mieux qu'ailleurs....")
des remarques méprisantes sur les parents ET les enfants sur le blog de M.Duval...
et toujours aucun argument valable. Vous ne pensez pas sérieusement qu'on peut ajouter sans conséquences quelques 160 heures annuelles à des enfants de 8 ans sous prétexte que quelques bureaucrates incompétents ont ratifié des accords dans notre dos....qui ne concernent même pas ces degrés!!!

Pourquoi allonger les semaines des enfants de 8 ans sous le prétexte que ceux de 11 ans doivent avoir 2 périodes de langue supplémentaires?

Cela m'intéresserais d'entendre un argument basé sur des études, des vérités, et pas des railleries et des clichés!

Écrit par : Lulu Berlue | 08/01/2012

...m'intéresserait, oups

Écrit par : Lulu Berlue | 08/01/2012

Nous avons tous usé de palabres, de discours démagogiques, théoriques, idéologiques, sur le sujet mais finalement, ne nous fatiguons pas, les faits parlent d'eux-mêmes. En ce jour de rentrée post-vacances de Noël, la première nouvelle que je reçois de mon fils de 9 ans, scolarisé dans le canton de Genève, est l'annonce de l'organisation d'une semaine de camp (du genre "nature et découverte") juste avant la semaine de congé de Février, et ceci en pleine année de préparation d'épreuves cantonales. Que dire de plus ! Si l'on ajoute à cette brillante idée d'exploration forestière les semaines pré-vacances scolaires au rythme ralenti sous prétexte de fatigue (de qui? des enfants ou des enseignants?), si l'on y ajoute encore ce fameux mois de juin totalement anecdotique tant le travail scolaire y est mis en berne ! Qui voudrait nous faire croire que les horaires hebdomadaires au cours de l'année scolaire sont insuffisants pour apporter à nos enfants la formation qui leur est due (et j'insiste sur cette notion de DEVOIR) ? Qui veut nous imposer une école qui néglige sa fonction première pour se substituer au rôle parental d'épanouissement personnel, sous prétexte de méthodes éducatives "modernes" ? Je serai volontairement vulgaire, quoiqu' orthographiquement correcte: ON SE FOUT DE NOTRE GUEULE... et si la qualité (et non la quantité) de l'enseignement fourni à nos enfants ne cesse d'être aussi misérable, c'est ainsi, et pas autrement, qu'ils sauront s'exprimer quand ils seront adultes. CQFD à tous ceux qui se sentiront concernés.

Écrit par : natalie c. | 09/01/2012

Un cas d'école, le Baud ,le Bon et le Truand ,hier soir ça démarre fort sur Léman Bleu un sourire convenu avec Jean Bon , et une suite d’interventions de harangues sous l’œil goguenard du même Jean Bon "corporatisme" scandé 3 ou 4 fois et destiné à déstabiliser le Baud à couvrir son argumentation à le rendre inaudible, c'est presque réussi, attendons une piqure de rappel dans un édito du prochain MCGHI la page recto ou verso qui précède les annonces professionnelles d'autres péripatéticiennes.
Post sciptum en latin pourquoi la gauche ne pratique-t-elle pas le Coïtus interruptus avec le Léon Bloy valaisan.

Écrit par : briand | 10/01/2012

L'archive de Léman Bleu : http://www.lemanbleu.ch/vod/geneve-a-chaud-09012012 (sujet après 6 min 30 env.)

Écrit par : Olivier Baud | 11/01/2012

Je suis allé écouter....sans entrer dans les détails, ne trouvez-vous pas intéressant que la journaliste (et bien d'autres) parlent d'un RETOUR au mercredi matin, comme si cela avait un jour existé pour les primaires?

Monsieur Jean Romain devrait revoir ses copies avant d'affirmer des pseudos-vérités. Les sites du DIP étant complètement contradictoires, qui croire?

Ensuite, peut-être faut-il se pencher sur ce que sont vraiment les tests Pisa, dans quelles circonstances ils sont passés et par qui.
Le grand public ainsi que moi-même sommes ignorants sur le sujet, mais je vais aller me renseigner.

Mis à part ça, ne trouvez vous pas étrange que l'école Finlandaise, excellente aux tests Pisa, ait un horaire beaucoup moins chargé que le nôtre? Cela prouve bien que résultats et horaire scolaire sont moins intimement liés que certains semblent le croire....

Écrit par : Lulu Berlue | 11/01/2012

On parlait déjà du "retour des notes" en 2006 alors qu'elles n'avaient jamais disparu et que l'initiative (IN 121) même était intitulée "Pour le maintien des notes à l'école primaire". Les clichés ont la peau dure et les médias ne font pas beaucoup d'efforts pour les corriger et actualiser leurs dossiers.
Mais ce qui m'a le plus outré le 9 janvier, c'est la conclusion de la présentation du sujet à Genève à chaud par la journaliste : "(...) d'autant plus lorsque l'on sait que l'école genevoise fait figure de cancre selon les derniers résultats de l'étude PISA". Je pensais (naïvement) qu'en 10 ans, depuis les résultats de l'enquête PISA 2000, les représentations avaient un peu changé... Bref, je ne vais pas développer là ; j'ai constaté que Jean Romain préférait ricaner lorsque l'on affirme que Genève n'a aucune raison de rougir de ses résultats. Bizarrement, si vous décrétez que l'école genevoise est nulle, où que ce soit, vous ne prenez pratiquement aucun risque car chacun-e est prêt-e à abonder, comme si ce rituel d'auto-flagellation apportait un contentement...
A noter quand même que dans la Feuille d'avis officielle du 10 janvier 2012, Beer présente les résultats PISA et il conclut ainsi "Genève n'est pas un canton "cancre", les élèves ne méritent pas ce terme." Et là, je suis entièrement d'accord avec lui.

Écrit par : Olivier Baud | 11/01/2012

Pour ma part, en consultant sur Pisa, j'ai vu que les résultats de la Suisse étaient tout à fait honorables, et j'ai du mal à comprendre comment on peut comparer un canton avec autant de disparités linguistiques qu'est Genève, avec le Valais qui ne présent pas la même problématique.

Je ne connais pas exactement le pourcentage d'enfants non francophones entrant à l'école en première année à Genève (ou ne comprenant que peu le français) mais de ce que je connais, c'est assez élevé.

Des enfants qui parlent une autre langue chez eux, c'est une grande richesse (d'ailleurs, si le bilinguisme était évalué par Pisa, sans doute les élèves genevois seraient champions :=).) Mais cela les aide peu en français.

Il faut tenir compte de tout ça...

Écrit par : Lulu Berlue | 12/01/2012

Les commentaires sont fermés.