31/01/2012

Le temps de l'enfant n'est pas celui de l'adulte

« Les horaires scolaires ne correspondent plus aux familles d’aujourd’hui, tous les foyers monoparentaux le constatent. » C’est ce qu’affirme Mme Valérie Maechler sur le site de l’association des familles monoparentales (AFM). Plus loin, elle écrit que l’AFM a « réclamé haut et fort des horaires compatibles avec les rythmes pédagogiques des enfants et les obligations professionnelles du parent. » Grosso modo, l’école n’aurait qu’à se plier aux horaires de travail des adultes. La semaine de 40 heures pour toutes et tous, et même bien davantage pour les élèves si papa ou maman accompagne son enfant à l’école avant d’aller au boulot et vient le rechercher après ses heures de travail… Quant à savoir ce que sont les « rythmes pédagogiques des enfants »… Passons.

L’AFM a donc pris position en faveur du mercredi matin d’école. On pourrait, a priori, comprendre que l’AFM veuille que l’école assume davantage sa fonction de gardiennage. La garde des enfants est une problématique réelle. Cela dit, l’AFM semble ne pas tenir compte du fait que le peuple genevois a plébiscité l’accueil à journée continue en novembre 2010 et que les problèmes de garde ne devraient théoriquement bientôt plus exister…

Mais pourquoi le communiqué de presse de l’AFM (du 10. nov. 2011) reprend-il si complaisamment les arguments et contre-vérités du DIP ? Parce que la présidente de l’AFM, Mme Valérie Maechler, soutient publiquement le chef du département, Charles Beer ? En quoi l’AFM est-elle habilitée à décréter que sans 4 périodes supplémentaires le plan d’études romand (PER) ne peut être mis en œuvre ? Quels sont les membres de l’AFM qui l’ont consulté ? Savent-ils au moins que le PER a été introduit à la rentrée 2011 ? Comment font donc les enseignants actuellement ? Etc.

« Former les citoyens de demain, c’est miser aussi sur la créativité. » affirme encore l’AFM qui s’inquiète de la mise en danger des disciplines artistiques. Bravo, mais pourquoi alors vouloir empêcher les enfants de profiter du mercredi matin pour s’adonner aux activités artistiques et sportives qui leur sont offertes par les nombreuse écoles et associations locales (qui, pour beaucoup, devront licencier ou fermer si la loi sur l’horaire passe), surtout lorsque l’on sait que ces offres périscolaires devraient se multiplier avec l’application du principe d’accueil à journée continue ?

L’AFM conclut en estimant « nécessaire que l’Etat investisse davantage encore (sic) dans la formation en améliorant le taux d’encadrement des élèves ». Bravo encore, belle estimation ! Et comment fait-on ? Cela fait douze ans que le taux est maintenu à son maximum… Mais c’est vrai qu’il conviendrait d’abord de réduire le nombre d’élèves par classe et de créer de meilleures conditions d’enseignement. Et de voir ensuite s’il y a lieu d’augmenter raisonnablement l’horaire de l’élève. Vu le contexte budgétaire, cette solution serait d’ailleurs plus économique et certainement plus bénéfique ! (En 2009, les enseignants, dans une pétition massivement signée et adressée au Conseil d’Etat, demandaient 100 postes supplémentaires pour rendre plus acceptable le taux d’encadrement ; cette requête raisonnable n’a pas été entendue ; la loi sur laquelle on votera le 11 mars 2012 en prévoit 120, mais uniquement pour combler l’augmentation de l’horaire au cycle moyen, et donc sans diminuer le nombre d’élèves par classe). Que l’Etat se décide enfin à investir dans la formation serait une bonne nouvelle, mais, si c’est sa volonté, qu’il honore d’abord les revendications légitimes des professionnels de l’éducation.

18:57 Publié dans Ecole et société | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : mercredi matin, horaire scolaire | |  Facebook

Commentaires

Cette milice qui tourne autour de M. Beer, et qui reprend mot à mot les contre vérités martelées depuis 5 ans par le chef du DIP, constitue peut-être une force pour le conseiller d'Etat! Mais elle montre aussi que le vent tourne, et que M. Beer sent bien ces vents contraires à son projet de loi, qui consiste à augmenter, d'une manière indécente, l'horaire de l'écolier genevois pourtant déjà parmi les plus chargés d'Europe.
Pourquoi l'enfant de familles monoparentales n'aurait-il pas la chance de pouvoir vivre une enfance où l'on respecte ses besoins et son rythme? Bien des structures existent à Genève pour aider ces familles.
Genève a développé depuis des dizaines d'années des activités extrascolaires (que tous les autres cantons nous envient!!!), qui permettent aux enfants d'avoir des ouvertures culturelles et sportives, de découvrir d'autres lieux (que l'école!) et surtout de créer des échanges entre les enfants du canton dont les enfants de familles monoparentales doivent pouvoir aussi bénéficier!

Écrit par : Michèle Roullet | 31/01/2012

Les enfants qui fréquentent les cuisines scolaires et le parascolaire arrivent à l'école à 8h00 et la quitte à 18h00. Soit 10 heures par jour d'école hors de la maison. 40 heures par semaine. Et arrivés à la maison le soir, ils doivent encore faire leurs devoirs. Et "on" veut ajouter 3h30 à cet horaire démentiel? Ce n'est que la manifestation de partis pris et d'incompétences. Et pourquoi pas encore le mercredi après-midi tant qu'on y est. Comme ça la fonction de gardiennage sera complète, 5 jours sur 5.

Et le modèle finlandais? 5 jours d'école, oui, mais la journée est terminée au plus tard à 14h00. Alors oui, faites la même chose à Genève! A mais pardon, cela coûtera trop cher et adieu la fonction de gardiennage. Comme quoi l'intérêt des enfants, certains s'en contrefoutent. L'élève au centre, quelle blague! Un enfant qui ne pourra plus récupérer de journées déjà démentes car trop longues (voir plus haut), comment sera-t-il en mesure de se concentrer et d'apprendre correctement? Les idéologues ont encore frappé.

Écrit par : Johann | 31/01/2012

Cela semble malheureusement la triste réalité. Monsieur Beer se moque des rythmes des enfants et ne pense qu'à panser ses blessures d'ego provoquées par Pisa.....

Comment expliquer autrement que, alors que le DIP a mandaté des gens pour faire des études sur les rythmes des enfants, que ces dernières montrent que l'horaire idéal d'un enfant de 8 ans serait de 21 heures passées à l'école, comment ce fait-il donc que sans tenir compte de ces données, Monsieur Beer entend imposer 32 périodes? (en faisant croire, en passant, qu'il s'agit d'un "retour"....et que si les enseignants sont contre, c'est parce qu'ils ne veulent pas bosser...)

Du jamais vu....on se demande comment nous avons appris à lire, compter, etc...

Ce qui me fait doucement rire aussi, c'est qu'on ose encore accuser les parents d'être démissionnaires....faudrait déjà qu'ils voient leurs enfants...:o)

32 périodes scolaires pour des petits!!!...mais c'est du KIDNAPPING scolaire!!!

Écrit par : Lulu Berlue | 31/01/2012

Il serait sans doute temps que les grands enfants se réveillent.

Écrit par : Déblogueur | 01/02/2012

C'était déjà après la guerre,y'a rien de neuf sous le soleil excepté le fait qu'il fallait travailler après avoir fait ses devoirs et surtout se coucher de bonne heure, seule grande différence à laquelle on peut aussi ajouter que les gens ne divorçaient pas aussi facilement et les vacances quasi inexistantes Quand aux filles elles devaient se metttre aux tâches ménagères le plus rapidement possible pour quitter le giron familial.A 16 ans un ou une jeune payait sa pension aux parents n'ayant que le strict minimum pour se payer lui même ses habits avouez tout de même qu'aujourd'hui ces chères têtes blonde ne sont pas autant à plaindre que ce qui est décrit.
Aujourd'hui beaucoup de parents n'ont plus le soutient inconditionnel de leurs ainés ,ces ancêtres tant redoutés et qui eux étaient animés de conseils familiaux car fondés sur la réalité et non celle de théoriciens comme c'est si souvent le cas ce qui n'est pas forcément la meilleure manière d'aider les couples en difficultés qui eux aussi commencent à se méfier des donneurs de bons conseils jamais gratuits;on voit que la manipulation mentale s'exerce à tous les niveaux privant alors les parents de leur propre confiance en eux,mais c'est pour mieux les priver de leur libre arbitre mon enfant .dirait le loup

Écrit par : lovsmeralda | 01/02/2012

@Lulu Berlue
Il s'agit bien d'une sorte de retour puisque la semaine des écoliers genevois était bien de 4,5 jours auparavant (jeudi congé mais école le samedi matin).
A tous, au sujet des rythmes scolaires des enfants,quelles sont concrètement les études qui ont été faites? J'imagine qu'il y en a plusieurs, dans un sens comme dans l'autre. Puis-je avoir donc des éléments concrets à ce propos, merci.

Écrit par : Duval | 01/02/2012

Le peuple délègue le pouvoir aux élus.Mais à déléguer l'exigence de vertus ,on dérape vilain,parole d'un ancien enseignant , Jean-Daniel Nordmann /24 heure du jour/

Écrit par : lovsmeralda | 01/02/2012

@ Monsieur Duval,

S'il fallait "revenir en arrière" à la semaine des 4,5 jours, il conviendrait d'alléger les 4 autres jours pour que l'on puisse parler de retour en arrière.

Pourquoi faire croire au peuple qu'on a perdu des heures en passant aux 4 jours? C'est malhonnête!

Heu, pour votre demande, j'ai mis le lien sur votre blog il y a bien 2-3 semaines! Je le remets ici, mais il s'agit simplement des recherches du DIP.

http://www.geneve.ch/dip/doc/dossiers/temps-scolaire/090908_sred-chronobiologie_pp.pdf

Écrit par : Lulu Berlue | 01/02/2012

Chère Lulu Berlue

Je suis désolé mais j'ai beau refaire les calculs dans tous les sens, il semble quand même que le passage à la semaine de 4 jours ait fait perdre du temps d'enseignement, 2 heures environ par semaine. Ce qui signifie que MBG a effrontément menti à l'époque. Et que personne n'a pris vraiment la peine de rectifier.
Mais, si vous arrivez à me faire le calcul qui prouve le contraire, c'est volontiers.
Quant aux "études" faites, je reste perplexe. Olivier Baud, je crois, avait parler d'un rapport Testu ? Qu'en est-il? Et n'y a-t-il RIEN d'autre?

Écrit par : Duval | 01/02/2012

@Lulu Berlue

En regardant p 12 du rapport du SRED (votre lien), je vois que l'horaire idéal (TESTU) pour les enfants de 9 à 13 ans est de 25h 30. OK. Mais si l'on passe avec l'ajout de 4 périodes du mercredi à 32 périodes, on est en plein dedans!!! Car 32 périodes de 45 minutes font 1440 minutes soit 24 heures.

Est-ce que je me trompe?

Écrit par : Duval | 01/02/2012

Ben, oui, il me semble que vous vous trompez, car cet horaire est le temps passé à l'école, donc incluant les récréations. (Regardez bien le tableau)

Ce qui fait une différence de 35 mn par jour, plus 20mn pour la demi-journée supplémentaire... Ce qui fait quand même 160 mn supplémentaires par semaine passées à l'école . Nous ne sommes donc pas à 1440 mn, mais à 1600, soit plus d'une heure de plus que l'horaire préconisé.

Et si cela semble peu pour les 9 -13 ans, cela devient énorme pour les 5P, les 8 ans, qui sont DEJA au dessus de la moyenne conseillée (1260 mn passées à l'école) Ils sauteraient à 1600 mn également. Soit une différence de 27% par rapport à l'horaire conseillé pour cet âge là...
Admettez que c'est énorme!

Il faut peut-être y aller en, douceur et augmenter progressivement ces tranches d'âge, en commençant par les 6P par une petite augmentation, et continuer par les plus âgés.

Je me demande quand même, à la lecture de ces études, pourquoi l'horaire du CO n'est pas augmenté, alors qu'on s'apprête à surcharger les enfants de 8 ans?

Moi je voterai certainement contre cet horaire qui tranche dans le vif, bien que ne soyant pas opposée aux réformes scolaires. Mais là, C.Beer exagère, et n'a pas dû lire ses propres rapports!

Écrit par : Lulu Berlue | 01/02/2012

OK, votre démonstration tient assez bien la route. Donc une légère augmentation de temps pour les 9 ans et plus mais un problème plus conséquent pour les 8 ans.
Qu'en est-il de ma remarque précédente? (diminution du temps entre semaine de 4,5 jours et 4 jours).
Autres aspects sur lesquels j'aimerais bien des éclaircissements.
1. Comparaison avec autres cantons du temps d'enseignement au CO
2. Etude(s) sur conséquences de l'arrêt d'un jour complet en milieu de semaine?
3. Etude(s) sur implications d'une augmentation du temps scolaire sur 4 jours?
Bref, y a-t-il d'autres études complètes sur le sujet...?

Je tiens à dire que je ne suis pas fixé sur cette votation et que le but de mes questions comme celui de mon blog est d'essayer de me faire une idée objective sur le sujet.

Écrit par : Duval | 01/02/2012

Houlala, il ne faut pas me prendre pour une spécialiste!
J'ai glâné une partie des infos sur VOTRE blog, lol!

Je veux bien chercher (où ?) pour les horaires du CO, mais pas sûre d'avoir le temps dans les jours qui viennent...

Quand aux questions 2 et 3, il y a quelques éléments de réponses dans le document que je vous ai envoyé (celui du DIP)

En fait, ce qui semblerait le mieux, c'est de remettre le samedi matin, et là, aucune chance que les parents suivent (c'est mon opinion)

Mais comme la votation est sur le mercredi matin, et que la solution proposée par C.Beer me semble scandaleuse pour les plus jeunes, il paraît important de voter non à la proposition actuelle, et voir dans les mois ou années qui viennent une solution qui convienne (que ce soit mettre les ressources prévues pour le mercredi matin dans les écoles primaire en gardant l'horaire actuel, ce qui semblerait raisonnable, ou bien augmenter les horaires de manière progressive, et en rajouter aussi au CO)

Puisque de toutes façons il y a les ressources pour augmenter l'horaire, pourquoi ne pas mettre les ressources prévues pour améliorer l'école actuelle?

A plus!

Écrit par : Lulu Berlue | 01/02/2012

Au fait, si on y pense, c'est carrément choquant que l'école en soit là par manque de moyens apparemment réclamés par les enseignants depuis longtemps, et que d'un seul coup, il y a les moyens pour une augmentation horaire de 4 périodes?

Encore une raison de voter non! Je vais même voter "Non mais!" :=)

Écrit par : Lulu Berlue | 02/02/2012

Les commentaires sont fermés.