11/03/2012

Les conditions pour l'introduction du mercredi matin sont loin d'être réunies

Communiqué de presse du comité référendaire contre le mercredi matin envoyé à 12h15 aux médias locaux :

Le comité référendaire prend acte de la volonté populaire d'organiser l'école pour les élèves de 8-11 ans sur 4 jours et demi. Le résultat a l'avantage d'être bien tranché en faveur du mercredi matin. Il convient donc d'envisager sans délai l'avenir. En effet, cette modification profonde du système scolaire genevois comporte de nombreuses zones d'ombre et il n'est ainsi pas possible d'envisager l'entrée en vigueur d'un nouvel horaire sans clarifications, moyens et garanties.

Pas avant 2015 ou 2016
Le comité référendaire estime ainsi qu'un changement pour la rentrée 2014 n'est pas réaliste. Au niveau des moyens, il est certain qu'ils ont été sous-estimés. La réorganisation du travail qu'implique l'augmentation horaire prévue nécessite bien davantage de postes que seuls ceux destinés à couvrir les périodes supplémentaires. La logique mathématique ne saurait être invoquée au vu de la complexité engendrée. 120 postes ne suffiront donc pas si le département maintient son idée de passer à 32 périodes de 45 minutes hebdomadaires pour les degrés 5, 6, 7 et 8P. De deux choses l'une : ou le DIP revoit le nombre de périodes à la baisse et négocie un nouveau scénario avec les partenaires sociaux - tout en maintenant les 120 postes - ou il persiste et prend en compte les besoins supplémentaires en octroyant davantage de postes. Le comité référendaire préfère bien entendu que l'augmentation soit reconsidérée - il a toujours combattu ce projet démesuré - et rappelle que la votation ne portait pas sur cette question, le texte de la loi n'abordant pas du tout la question de la dotation horaire. Par ailleurs, le chamboulement de l'horaire pour le cycle élémentaire (4-7 ans) qui oppose de manière un peu absurde les temps d'accueil aux temps d'enseignement est loin d'être évident lui aussi et mérite d'être étudié au plus près.

Améliorer l'encadrement des élèves
Quoi qu'ait pu dire le DIP sur son incapacité à obtenir des ressources pour l'enseignement primaire, le comité référendaire note que la plupart des partis ou groupements en faveur de la loi, et notamment le Parti socialiste genevois et le GAPP, ont admis le manque de moyens pour encadrer les élèves et appelé à un changement à ce niveau-là également. Le comité espère ainsi que ces forces se souviendront de leur position et œuvreront afin que les conditions d'enseignement soient meilleures avant tout changement, en se montrant combatifs et en abandonnant la vision fataliste véhiculée par le gouvernement, et à laquelle ils s'étaient un peu vite soumis.

Penser la scolarité de 4 à 15 ans
Le comité référendaire annonce son intention de se constituer en association (Association pour une meilleure école - AME) dans le but que des conditions acceptables de réussite du projet de nouvel horaire soient réunies avant tout changement ; il collaborera avec toutes les instances décidées à lutter pour réaliser cet objectif. Cette nouvelle association a aussi pour but de se constituer en force de propositions par l'intermédiaire d'un « Livre blanc de l'école obligatoire » qu'elle publiera à moyen terme. Pour la cohérence du parcours de l'élève de 4 à 15 ans, et vu le manque d'anticipation du DIP, il est impératif de remettre l'ouvrage sur le métier. Associations, partis et syndicats sont invités à résister, à imaginer et à proposer avec les parents et les enseignants !

Christophe Blandin, Catherine Desponds Kisfaludy, Marco Maltini, Michèle Roullet

16:03 Publié dans Ecole et société | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

Commentaires

Pouf pouf... Mauvais perdant?

Écrit par : Déblogueur | 11/03/2012

Non, Déblogueur, juste lucide....

Écrit par : Lulu Berlue | 11/03/2012

Allez, allez... Un peu d'optimisme et... de réalisation que la démocratie a parlé et que les intérêts de votre corporation et votre argiûmentation n'ont pas beaucoup impressionné les votants...

Dès lors, en lieu et place du rejet étroit, peut-être serait-il temps, pour vous et vos collègues, de réaliser que vous n'êtes pas véritablement à plaindre et que quatre heures d'enseignement en plus, dès l'âge de huit ans, ne sera pas un véritable problème pour nos enfants - même si cela en est un pour vous...

Au lieu de la critique, toujours la critique, sans doute serait-il utile que vous releviez ce (petit) défi et que vous collaboriez à la mie en place de cette réformette?

Écrit par : Déblogueur | 12/03/2012

Vous avez (la SPG donc) voulu donner un grand coup de pied dans la fourmilière et "révolutionnant" l'instruction publique !
PISA nous a donné les résultats !
Le peuple ne s'est pas fait gruger par les discours de M. Beer, mais a simplement les yeux bien ouverts sur la réalité des choses et il en a clairement signifié son raz-le-bol !!
.
Maintenant, si vous vous sentez toujours plus intelligent que les autres, il vous reste à nous démontrer sur le terrain, et nul part ailleur, que ce choix populaire n'était pas le bon !

Écrit par : Jean Pile | 12/03/2012

Encore un qui n'a pas lu pour lui-même les résultats Pisa...
Et qui n'a pas assez suivi pour savoir que les enseignants n'auront pas plus d'heures d'enseignement....

Écrit par : jeanrempile | 12/03/2012

Les commentaires sont fermés.