11/03/2012

VOTEZ NON le 11 mars au mercredi d'école !

Aujourd'hui, dimanche 11 mars 2012, dernier jour pour voter NON au mercredi matin d'école !EQUILIBRE 2.jpg

00:41 Publié dans Ecole genevoise | Lien permanent | Commentaires (46) | |  Facebook

Commentaires

Oui, préservons leur équilibre. Acceptons aussi qu'ils s'instruisent avec d'autres sources que l'école publique qui, de plus, supprime des branches intéressantes par manque de budget.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 11/03/2012

C'est bien, votez non et restez les cancres de l'Ecole Suisse !! Uniquement motivés par votre petit confort personnel, vous ne vous rendez pas compte qu'ainsi vous affaiblissez des générations futures d'écoliers et contribuez activement à leurs difficultés à s'insérer dans un marché du travail toujours plus disputé !

Écrit par : A. Piller | 11/03/2012

Rien à voir avec le petit confort personnel, mais bien avec celui des enfants. Ensuite, non, Genève n'est ni le cancre de la Suisse, encore moins celui des tests PISA. Allez voir les diagrammes, l'école genevoise ne se débrouille pas si mal, surtout en considérant le nombre de non-francophones qui entrent à l'école.
Et puis, avez-vous déjà pensé que tous ces étrangers sont BILINGUES, chose qui n'a pas du être pris en compte dans les tests PISA!

Écrit par : Lulu Berlue | 11/03/2012

@ A. Piller - Les classements comportent cette particularité de désigner bien souvent un premier et un dernier... Quand bien même nous serions les derniers à PISA (tests auxquels vous faites sûrement référence vu qu'il n'y en a pas d'autres) - ce qui n'est pas le cas -, qu'est qui vous permet d'affirmer que cette place nous rangerait dans la catégorie des cancres ? Dans les faits, les différences entre les cantons sont assez faibles et Genève est au dessus de la moyenne de l'OCDE et dans la moyenne de la Suisse en lecture. Si avoir la moyenne signifie être un cancre...

Écrit par : Olivier Baud | 11/03/2012

@M. Baud,

Apprenez-leur à écrire au moins deux phrases sans fautes d'orthographe ... après, vous pourrez éventuellement éviter de leur rajouter une demi-journée de cours.

Écrit par : Galileo | 11/03/2012

Ben... c'est raté...

Écrit par : Déblogueur | 11/03/2012

@ M. Baud : merci pour votre réponse. Elle m'éclaire assez précisément sur votre façon de penser. Certes, il y a certains pays de l'OCDE qui sont encore au-desous des résultats des écoliers de Genève. Et alors ? Veut-on se comparer aux moins bons ou aux meilleurs ? Souhaite-t-on, à Genève, atteindre le taux de chômage de ces pays, par minimalisme et renoncement à l'effort ? Ou est-on prêt, comme en sport, à se mesurer aux meilleurs pour progresser et arriver sur le podium ? Aucun médaillé d'une quelconque compétition ne pense comme vous ! Mais j'ai deux raisons d'espérer : premièrement, nombreux sont les enseignants à avoir pris conscience que le système ne fait pas assez pour combattre les difficultés de certains de leurs élèves. Parfois contre la volonté de leurs syndicats ou de leur hiérarchie, ils prennent sur eux et font le maximum pour aider ces enfants. Merci à ces enseignants formidables. Deuxièmement, j'apprends à l'instant que le peuple genevois a accepté le référendum sur le mercredi matin. Bravo aux genevois, il donnent ainsi aux futures générations d'écoliers de meilleurs chances pour affronter la vie !

Écrit par : A. Piller | 11/03/2012

Ainsi, les tromperies des pro-mercredi ont réussi à berner les citoyens.
Tromperies quant aux exigences du PER, tromperies quant à l'horaire genevois qui est au pire dans la moyenne haute suisse, tromperie sur les interprétations des tests PISA. Tromperie sur la supposée perte des heures du samedi matin, etc
Les parents qui cherchent une garderie le mercredi matin sont heureux. Les politiciens dont l'égo était engagé sans se soucier des études sur les rythmes scolaires également.
Quelle mascarade!

Écrit par : Lulu Berlue | 11/03/2012

@ A. Piller - Ce n'est pas le référendum que le peuple a accepté mais la loi votée par le Grand Conseil. Une moyenne, comme son nom l'indique, prend tous les résultats en compte et ne se réfère par conséquence ni aux meilleurs ni aux moins bons. Je ne vois donc pas à quelle comparaison vous faites allusion. Je ne sais pas ce que pensent les médaillés d'une quelconque compétition en général mais cela m'étonnerait quand même qu'ils considèrent le 8ème d'une finale d'un 100 mètres, par exemple, comme un nul (un cancre) parce qu'il aurait 2/10èmes de secondes de plus que le 1er.

Écrit par : Olivier Baud | 11/03/2012

@ M. Olivier Baud : la loi votée par le Grand Conseil a été soumise par référendum au peuple qui a confirmé sa volonté de donner de meilleurs chances aux élèves genevois en les faisant aller à l'école le mercredi matin. On peut jouer sur les mots, le fait est là et on doit se réjouir de cette décision àclatante (2 électeurs sur 3) pour le bien des élèves genevois. Donnons-nous rendez-vous d'ici 5-8 ans et vous verrez que les résultats des écoliers genevois auront progressé par rapport à la situation actuelle. C'est ce que nous voulons tous, non ?

Écrit par : A. Piller | 11/03/2012

Piller se retranche encore dans ses discours de militant moraliste et populiste ?

Écrit par : Corto | 11/03/2012

Monsieur Piller, pourquoi donc les résultats devraient à ce point s'améliorer? Comme les petites chinoises qui s'exercent à la gymnastique 8 heures par jour pour être en tête aux JO?

Les résultats PISA pour Genève sont parmi les meilleurs au monde! Ils se situent pour la lecture en 2009 dans la moyenne suisse, qui, elle, est parmi les 15 de tête sur 65 pays évalués.

L'école n'est PAS une compétition par pays. La Suisse est bien dans le peloton de tête. Cela devrait montrer que l'école actuelle est suffisante à Genève.

Écrit par : Lulu Berlue | 11/03/2012

@ Corto : alors serait-ce dire qu'il y a, à Genève, 2/3 de la population moraliste et populiste ?
@ Lulu Berlue : c'est pourtant simple : les résultats vont s'améliorer parce que les élèves travailleront un peu plus, à l'instar de ce qui se fait déjà dans d'autres cantons ! Dire que "l'école actuelle est suffisante à Genève" est un plaidoyer pour un statu quo qui finalement ne satisfait personne, voyez la réalité en face et les résultats de la votation de ce jour !
Enfin, aux deux, ne déformez pas mes propos s'il vous plaît. Dans mon post plus haut, j'ai rendu hommage aux très nombreux enseignants consciencieux, engagés, motivants et ayant vraiment l'amour du métier et de leur mission. Ceux-ci, quoique vous en pensiez, se reconnaissent de moins en moins dans la politique de blocage et les mots d'ordre de la société pédagogique genevoise, qui finalement ne représente bientôt plus qu'elle-même...

Écrit par : A. Piller | 11/03/2012

Monsieur Piller, vous n'avez pas lu correctement mon commentaire....je ne vous demandais pas pour quelle raison les résultats ALLAIENT s'améliorer, mais pourquoi ils DEVRAIENT s'améliorer? Pour quelles raisons pousser ainsi les enfants (parce mettre les mêmes heures aux mômes de 8 ans qu'à ceux de 15, il faut le faire!!!)?
Pour être les meilleurs? N'est-ce pas par égocentrisme politique, ça?

Et puis les études ayant montré (celle sur le site du DIP) que l'horaire scolaire des 8-9 ans devrait être de 21 heures passées à l'école, ce que les pro-mercredi se sont bien gardés de dire) pour allier instruction et respect de l'enfant, comment justifiez-vous 32 périodes pour cette tranche d'âge?
Citez-moi une seule étude, et un seul canton, qui applique cet horaire à des enfants si jeunes!
J'attends une réponse...:=)

Écrit par : Lulu Berlue | 11/03/2012

@ Lulu Berlue : je cite le conseiller d'Etat socialiste, responsable de l'Instruction publique : « C'est donc la fin d'une Genferei. Trente ans après avoir refusé la suppression du samedi matin, le peuple genevois a confirmé son attachement à un horaire scolaire de qualité. La parenthèse ouverte en 1997 se referme. Genève était isolé sur le plan suisse". A mon avis, ce constat est sans appel, non ? A mon époque (lointaine), on allait à l'école, dès la 1ère année primaire, tous les jours du lundi au samedi après-midi (jeudi congé) soit 5 jours ! On y a survécu ! Ayez confiance et pensez aux enfants et à leur avenir...

Écrit par : A. Piller | 11/03/2012

@Monsieur Piller:
...et voilà....donc, vous n'en savez rien, et vous avez cru (peut-être même de bonne foi?) ce que disait C.Beer....

Vous même, vous n'en savez rien....

Et c'est ce que je reproche à cette campagne! D'avoir fait croire aux genevois que l'école était dans un état lamentable, le mercredi indispensable, etc....

Ce n'est qu'en cherchant un peu personnellement que j'ai fini par trouver des études et des documents, mais c'était dur, dans tout ces mensonges et fausses allégations.

Monsieur Beer a trompé le peuple.

Et vous n'avez pas répondu personnellement à ma question, car vous ne le pouvez pas. Aucun canton ne charge pareillement les enfants de 8 ans, et aucune étude ne pense que 32 périodes est un horaire correct pour des 5P.

Maintenant, si vous êtes capable de me citer des études, des données, pas des on-dit, fussent-ils prononcés par C.Beer, je suis bien sûr prête à reconsidérer ma position.

J'attends....

Écrit par : Lulu Berlue | 11/03/2012

Piller, genre, on m'a bien fait .... quand j'étais gamin, y a pas de raison qu'on ne fasse pas .... les nouveaux !!

Pas terrible comme raisonnement et bien si 2/3 des genevois ont tenus le même raisonnement y a de quoi s'inquiéter grave !!!

Mais la Suisse garde sa première place dans les scrutins débiles, à se demander si les Suisses ne vont pas finir comme les syriens avec des votes à 99% !!!!

Écrit par : Corto | 11/03/2012

@ Lulu Berlue : voir le link suivant : http://www.rts.ch/video/info/journal-19h30/3806838-les-genevois-se-prononceront-le-11-mars-prochain-sur-l-introduction-du-mercredi-matin-pour-les-ecoliers-ages-de-8-a-11-ans.html. Les chiffres sont indiscutables et vous le savez bien.
Seul votre ton agressif et vos jugements à l'emporte-pièce "vous n'en savez rien" , "vous ne le pouvez pas" , "si vous êtes capable" m'étonne alors que vous devriez être heureuse que les élèves genevois "recollent" au train en marche !! Vous verrez, les écoliers genevois vont améliorer leurs résultats, grâce à l'enseignement supplémentaire qu'ils vont recevoir.
@ Corto : le niveau de votre argumentation commence à me faire pitié ! Je ne vais même pas répliquer, mais sachez juste que mes enfants adorent l'école et qu'ils se réjouissent tous les jours d'y aller. Ils ont des profs formidables.
Pour terminer un seul souhait : j'espère qu'aucun de vous deux n'est enseignant (ou fonctionnaire au DIP) !

Écrit par : A. Piller | 11/03/2012

@ Monsieur Piller: en fait, vous avez voté contre la SPG, pas nécessairement pour le mercredi matin, ou bien?
Je vous remets mon commentaire de tout à l'heure, car j'espère une réponse de votre part, sur le sujet, bien entendu! Pas vos idées, pas celles de votre gourou, mais des données documentées. Revoilà donc le comm de tt à l'h.

@Monsieur Piller:
...et voilà....donc, vous n'en savez rien, et vous avez cru (peut-être même de bonne foi?) ce que disait C.Beer....

Vous même, vous n'en savez rien....

Et c'est ce que je reproche à cette campagne! D'avoir fait croire aux genevois que l'école était dans un état lamentable, le mercredi indispensable, etc....

Ce n'est qu'en cherchant un peu personnellement que j'ai fini par trouver des études et des documents, mais c'était dur, dans tout ces mensonges et fausses allégations.

Monsieur Beer a trompé le peuple.

Et vous n'avez pas répondu personnellement à ma question, car vous ne le pouvez pas. Aucun canton ne charge pareillement les enfants de 8 ans, et aucune étude ne pense que 32 périodes est un horaire correct pour des 5P.

Maintenant, si vous êtes capable de me citer des études, des données, pas des on-dit, fussent-ils prononcés par C.Beer, je suis bien sûr prête à reconsidérer ma position.

J'attends....

Écrit par : Lulu Berlue | 11/03/2012

M. Piller, nos comm se sont croisés. Mais c'est ce que je disais...vous répondez avec le lavage de cerveau dont la presse s'est faite écho et qui a répété avec confiance ce que disait Monsieur Beer!
Alors, un dossier sur l'horaire idéal des 8 ans?

Écrit par : Lulu Berlue | 11/03/2012

@ Lulu Berlue : c'est drôle, je devrais répondre à une question à laquelle j'ai déjà répondu dans mon dernier post (y.c. documentation chiffrée et comparaison intercantonale)...
Relisez svp la dernière phrase de ce même post... Pouvez-vous me rassurer à ce sujet ?!
Et pour finir je ne crois pas que les 2/3 des genevois soient opposés à la SPG (qui la connaît, par ailleurs ?) mais simplement ils ont voté avec bon sens, voyant que, à moins de miracles qui ne sont plus tellement d'actualité depuis plus de deux millénaires (!) il faut travailler plus qu'actuellement (c-à-d autant que les cantons voisins) pour améliorer ses résultats !

Écrit par : A. Piller | 11/03/2012

Des chiffres à part le Valais, please, appuyant cette affirmation? "(il faut travailler plus qu'actuellement (c-à-d autant que les cantons voisins) pour améliorer ses résultats !)" Quels cantons à part le Valais ont plus d'heures d'enseignement que Genève en 5P?
Parce que moi, je n'en ai pas trouvé! Les enfants de cet âge que je connais dans les cantons de Berne, Fribourg et Vaud ont tous moins d'heures.

Écrit par : Lulu Berlue | 11/03/2012

suis dégoûtée par ce résultat qui s'explique par la majorité de parents qui préfèrent bosser tous les 2 et caser leurs enfants de 8h.00 à 18h.00 plutôt que de s'en occuper et de les encadrer pour l'école. Mon mari et moi avons choisi de passer de 200% de salaire à un 100% dès la naissance de notre premier enfant. Je suis là pour mes enfants, je suis à leurs côtés pour les devoirs, pour redonner les explications en français, en math ou en allemand. C'est une attention de chaque instant, une collaboration avec les enseignants, mais les résultats sont là, excellents ou presque. Ils sont déjà crevés le mardi soir. Donc dès 2013 école le mercredi matin et devoirs le mercredi apm. Génial pour eux...Cette sale habitude à Genève de tout tirer par le fond pour noyer tout le monde dans la masse et cacher la merde au chat. Mes enfants risquent bien de passer quelques mercredis matins à la maison quand même....

Écrit par : cocostro | 11/03/2012

@ Lulu Berlue :

Ces chiffres figuraient dans le sujet du TJ de mon link. Je vous les mets ci-dessous :

HEURES/ANNEE EN 5e PRIMAIRE

VS 941
VD 912
JU 907
FR 887
BE 886
NE 848
GE 834

Et svp, répondez-moi : faites-vous partie des enseignants ou fonctionnaires du DIP ?
Au plaisir de lire votre réponse.

Écrit par : A. Piller | 11/03/2012

Mais comment expliquez-vous que le document de l'Institut de recherche et de documentation pédagogique de Neuchâtel n'ait pas les même chiffres?
J'ai trouvé ceci:
http://www.irdp.ch/documentation/indicateurs/theme_programmes.html

Allez à """"Temps d'enseignement actuel de l'éducation préscolaire et de l'enseignement obligatoire
Tableaux comparatifs pour l'année 2011/2012 en Suisse romande et au Tessin (mise à jour annuelle)."""
Et regardez le tableau page 7. Ce sont les chiffres officiels.
Comment expliquer ces différences?

Je suis maman au foyer. Pas besoin d'être fonctionnaire pour s'intéresser à la scolarité des enfants. Mais ravie que vous m'ayez pris pour une enseignante

Écrit par : Lulu Berlue | 11/03/2012

Piller a des enfants qui adorent l'école comme quoi, ça saute une génération ! ou plus !!

Pauvre Piller, vous ne voyez même pas vos propres contradictions ! Chez certains ce n'est pas un problème lié à l'éducation scolaire !!!

Écrit par : Corto | 11/03/2012

@ Lulu Berlue : Merci pour le link, en effet c'est intéressant et étonnant, ces différences. Cela mériterait une analyse plus approfondie.

2 éléments ressortent, à mon avis, et sont en contradiction :

a) le nombre de jours d'école par année

BERNE1 171
BERNE1 175.5
FRIBOURG/3H-4H 152
FRIBOURG/5H-8H 171
GENEVE 151
JURA 185
NEUCHATEL 175.5
TESSIN 159.5
VALAIS 167
VAUD 171

On voit que Genève décrochait nettement par rapport au reste des cantons.

b) les tableaux de fin du document (minutes d'enseignement par année)

Là la situation est très différente et Genève est beaucoup plus proche. Néanmoins, il y a une note au bas du tableau :

"© IRDP – Neuchâtel (2012) / Ces données ont été revues et corrigées par les départements de l’instruction publique romands et tessinois de la Conférence intercantonale de l’Instruction publique de la Suisse romande et du Tessin (CIIP). La méthode de calcul n'est pas précisée, (par exemple : semaines avec jours fériés comptées comme entières ou pas). Il peut donc y avoir des différences entre les cantons. Ces tableaux sont indicatifs et il faut être extrêmement prudent lors d’analyses comparatives."

De toutes façons, cela mériterait d'être creusé, en effet.

Merci pour votre intérêt et vos recherches au sujet de la scolarité des enfants et bonne journée !

Écrit par : A. Piller | 12/03/2012

@ Corto : Est-ce la rage qui vous fait écrire des commentaires aussi incohérents ?
Contrairement à ce que vous imaginez, j'ai un très bon souvenir de ma scolarité et suis très reconnaissant envers mes enseignants pour ce qu'ils m'ont apporté. Je crois également qu'il en était de même pour mes parents. Alors pour ce qui est de sauter des générations, franchement non.
Quant aux deux dernières phrases, effectivement, j'aurais besoin d'un petit développement de votre part, par avance merci.

Écrit par : A. Piller | 12/03/2012

@A.Piller
Ne sachant que penser il y a quelques mois, j'ai cherché à droite et à gauche, pour tomber sur tout et son contraire, entre les "études" du DIP, les diagrammes de la société pédagogique genevoise, et tout ce que j'ai pu trouver...et je suis vraiment tombée sur des chiffres très différents...

Comme avec le lien officiel que je vous ai fait passer hier, un même institut peut donner des chiffres très différents. Alors, lequel croire?

Bonne suite à vous.

Écrit par : Lulu Berlue | 12/03/2012

Piller, je ne parle pas de ça, je parle de vos contradictions, relisez-vous !!

Écrit par : Corto | 12/03/2012

@ Corto : quelles contradictions ? Soyez plus clair svp ! N'est-il pas possible d'avoir un bon souvenir de l'école, tout en ayant beaucoup (et bien) travaillé, avec des enseignants exigeants qui nous ont énormément appris ? Est-ce une honte que d'avoir transmis cet amour de l'école à ses enfants et d'être heureux qu'ils apprécient eux aussi l'école ? Serait-ce faux de penser, comme les 2/3 des genevois, qu'il est nécessaire que Genève s'aligne sur les autres cantons quant à son horaire scolaire ? Est-ce une erreur de dire qu'en travaillant un peu plus, en allant un peu plus longtemps à l'école, on améliorera ses résultats ? Est-ce interdit de saluer le magnifique travail de très nombreux enseignants, plus proches de la base, de l'enfant que de leurs syndicats ou hiérarchie pédagogique ? Je me réjouis de vous lire et j'espère cette fois que voua apporterez un peu de matière au débat, si vous en êtes capable. Et cerise sur le gâteau, la réponse à ma question : êtes-vous enseignant ou fonctionnaire au DIP ?

Écrit par : A. Piller | 13/03/2012

@ Lulu Berlue : merci beaucoup, on ne tirera -hélas- pas au clair cette histoire de chiffres qui est effectivement très opaque. A se demander à qui profite ce "flou artistique"...
Tout de bon à vous et à vos enfants, en espérant qu'ils s'épanouissent au mieux à l'école, avec leurs amis et en famille.

Écrit par : A. Piller | 13/03/2012

Je suis entièrement d'accord avec vos positions, simplement il est comolétement ridicule de faire voter les citoyens pour ce genre de décision qui ne regarde que les politiques et les professionnels et les élèves, dans cette histoire, les seuls qui n'ont pas pu voter, sont les premiers concernés ! Quel leçon de démocratie nous leur donnons !!!!

En deux mots, ça veut dire ; comment se débarrasser des gamins le mercredi matin, rien d'autre, les électeurs ne se sont pas intéressés de l'avis des élèves, ils ont simplement mis dans les urnes leurs besoins personnels envers la prise en charge de leurs marmailles !

Quant à vos contradictions, je vous laisse vous relire, je ne suis pas prof, ni garde chiourme ! et je ne voudrais pas vous offenser !

bien à vous

Écrit par : Corto | 13/03/2012

@ Corto : merci pour cet éclairage. Effectivement, les citoyens se sont exprimés (beaucoup sont des parents -ou grand-parents - d'élèves) et sont aussi (indirectement) concernés par la problématique. Les politiques se sont exprimés au GC, les professionnels ont également débattu, je trouvais ce dialogue multi-niveaux plutôt positif quant à moi. Certes, les élèves n'ont pas pu se prononcer. Mais à voir la joie et la vie dans les cours de récréation, je ne suis pas certain qu'ils auraient voté non au mercredi matin !!
Personnellement je ne pense pas que les parents veuillent "se débarrasser des gamins le mercredi matin". Actuellement, depuis de nombreuses années, la situation est déjà organisée en conséquence dans de très nombreuses familles. Au contraire, les activités prévues ce jour-là (sport, musique, langues) vont se reporter sur d'autres plages encore libres pour les parents (soirées, samedis...). A mon avis, ce vote genevois n'est pas à prendre négativement (..."avoir la paix le mercredi matin") mais plutôt pour essayer de leur donner de meilleures cartes pour leur avenir.
Restent les points non clarifiés des heures effectives de scolarité entre cantons, où des recherches supplémentaires (et neutres) seraient les bienvenues (cf les posts de Lulu Berlue et les miens sur le sujet).
Pour finir, après m'être relu, je n'arrive toujours pas à cerner mes contradictions. J'ai certes un peu "poivré" certains posts initiaux, mais il me semblait être resté sur la même ligne ! Un regard extérieur est toujours le bienvenu ; allez-y donc, vous ne m'offenserez pas, bien au contraire. Merci par avance !

Écrit par : A. Piller | 13/03/2012

Et bien, Monsieur Piller,
si vous arrivez à trouver des chiffres fiables, ce serait assez intéressant de les publier. Car moi, (qui comme je vous l'ai dit, connaissais des enfants à Berne et dans le canton de Vaud) je savais que les genevois étaient trompés sur les motifs et sur les chiffres, mais, comment le prouver?

Donc, là où le bât blesse, c'est que les genevois ont voté une augmentation en ayant été trompés par le discours de Monsieur Beer, qui prétendait, en gros: que l'école primaire genevoise avait moins d'heures que le reste de la Suisse (faux)
que les tests Pisas montraient que l'école primaire genevoise formaient des cancres (faux)
Que le plan d'études romand et harmos exigeaient plus d'heures de cours (ça reste à prouver.)
Donc ce dimanche, les genevois ont voté sur du vent soufflé par Monsieur Beer, mais pas sur des réalités. Je maintiens qu'il y a une part de manipulation. Pourquoi avoir désinformé le peuple si les arguments de bases avaient été convaincants?


Concernant harmos, il est très bizarre qu'un commission chargée d'harmoniser l'école en Suisse, (ce que je trouve louable en soi) se retrouve à pousser tous les horaires vers le haut (comme le montre le document que je vous ai transmis l'autre jour, qui m'a beaucoup surpris concernant les futurs horaires des écoliers suisses à partir de 2013, si j'ai bien suivi: tous les degrés de la 5P à la fin du cycle d'orientation, tous à 32 périodes hebdomadaires...même sauce pour les petits que pour les ados!)

Moi je pensais naïvement qu'harmos allait harmoniser les périodes de rentrée des classes, de vacances, les programmes par niveau, bref, ce que n'importe qui considérerait comme harmonisation du système suisse, dans lequel l'école obligatoire commençait suivant les cantons à 6 ou 7 ans, les rentrées scolaires en avril ou en septembre, vacances d'été de 6 ou 8 semaines, etc. Pour moi, comme pour beaucoup de parents, c'est ça que nous pensions qu'harmos allait être....

Bref, ça me dépasse...mais je ne fais plus confiance au politiciens de l'école, qui n'hésitent pas à manipuler les gens pour obtenir ce qu'ils veulent. A voir l'affreux titre de la Tribune le lendemain, sur la mise au pas des enseignants, on a peut-être fait les frais des luttes internes de l'école. Et ce sont nos enfants qui en feront les frais.
Pas joli joli, je trouve.

Écrit par : Lulu Berlue | 13/03/2012

Lulu et A. Piller, tous les deux vous avez des arguments beaucoup trop imprégnés par les discours distillés et prédigérés que le système vous a imposé, tant par les gérants de fortunes des départements genevois et qui se prennent pour des politiques en se cachant derrière une presse didactique et creuse et d'autre part par le truchement d'un jargon empêtré dans le cirque des "réformes" passées et inlassablement retoquées de brodequins pseudos altruistes !!

Nos petites têtes "blondes" sont réduits à des impératifs flous que même leurs "modèles" ne maitrise pas, d'abord ces soi-disants politiques ne se sentent plus existé que si ils ne sont à l'origine de "changements". A chaque conseillé d'état, son cortège de "réformes", qu'importe le contenu, il suffit de les affubler de termes techniques et de méthodes de classifications totalement ubuesques (histoire de payer des linguistes et autres technocrates incapables de survivre dans le privé) pour que la pilule passe. Ensuite seulement, pour couronner le spectacle, des mesures sont prises, à chaque fois à mille lieues des besoins évidents et réels des utilisateurs, une fois ce "travail" fait (et je le répète, qu'importe le contenu, ce dernier n'est même pas secondaire) nos cloportes accomplissent leurs dictas et c'est parti pour des remaniements impliquant de nouvelles structures, des budgets ahurissants et sans contrôle ceci afin de ne pas négliger les dépenses et les responsabilité,juste pour nous voire repartis pour une votation de plus faisant incomber aux peuple toutes les responsabilités longuement ruminées par nos clowns de service !

Jusque là rien à redire, c'est la fonction qui justifie les actions et les moyens, par contre, lorsqu'il s'agit d'enfants, et c'est quant même l'unique préoccupation supposé motiver nos réflexions, soudain, ça semble devenir plus problématique et cynique, lorsque ce sont des changements d'horaires et de lignes des transports publics, nous ne pouvons même pas nous défendre et l'on voit le résultat dans les 5 minutes suivants les grandes manoeuvres de la commandature, au besoin on fait machine toute en arrière, ce genre de trompes l'oeil inutiles et coûteux, ne provoquent que quelques centaines de licenciements et quelques séances aux urgences psychiatriques.

En faisant ce type d'exercices avec des enfants, en revanche, rien n'est plus périlleux, les résultats de ces bouleversements se répercutent sur des décennies et sur l'ensemble de ce qu'il y a de plus malléable dans la communauté devenant de fait à chaque régénération plus fragile.

Le monde ne change t-il pas assez ? faut-il absolument ajouter aux changements d'autres changements ? ou, assistons (participons) nous à une fuite en guidée ?

Ce mot sésame (changement) semble ironiquement solutionner tous les vides justement laissés involontairement par les changements précédents, qui eux lassaient béants les vides antérieurs indispensables aux réformes futurs !

Bref, cela fait 40 ans que des "réformes" ou prétendus changements baladent tant le corps enseignant que les représentants des futurs générations, pour finalement revenir aux mêmes bases que celles abandonnées avant tout ce chambardement devenus indissociable à ce qui devrait au contraire servir de repère.

L'une des tâches primordiales de l'école, c'est à dire, la transmission du savoir et de la vie communautaire se doit d'être stable, a pour vocation l'exemplarité de ce que les adultes possèdent de plus approprié à apporter aux futurs générations et cela avec une autorité naturelle, montrez-moi dans l'exemple des votations récentes, un seul de ces composants inaliénable ?

Non, ce à quoi nous venons d'assister est diamétralement opposé, une non-autorité sujette à l'appréciation d'intérêts en partie complétements étrangers aux intérêts directs de ce à quoi ils sont supposés œuvrer, nos enfants. Cela comme Lulu l'a dit, avec comme bases, des manipulations douteuses et je n'en doute pas le moins du monde, donc une autorité n'en étant plus une et se cachant par le biais de décisions externes à son fonctionnement (votations populaires), comment allez expliquer à un enfant que ce sont les urnes qui ont décidées de ce qui les gouvernes ? Donc avec l'exemple présent, l'enfant se retrouve exposé à des faux fuyants, de fait, l'excluant de toute défense face à cette non-autorité impalpable et inodore.
Ne pensez pas que les enfants ne le sentent pas, c'est tout le contraire, ce qu'ils ne s'expliquent pas, ils le ressentent et sans pour autant en saisir la moindre miette !
Voilà pour ce qui concerne cette autorité qui se délégitime presque automatiquement face à la moindre contrainte décisionnelle ! Cela revient à dire qu'il n'y a plus de vraie autorité et cela envers des enfants, le système démissionne même face à des enfants alors que sont rôle primordial est diamétralement à l'opposé de cette déroute. Quel paradoxe, je dirai, quel double paradoxe !!

Il est particulièrement malade et vicieux de confronter (en fait ne pas confronter) les enfants dans un tel exercice d’irresponsabilité et cela peut importe le contenu, il ne s'agit que du modèle de fonctionnement ou de non-fonctionnement, ce type d'entreprise a, selon mon analyse, que de prétendre à détruire les mécanismes de défenses des enfants.

Pour ce qui est de la vocation et des transmissions, d'abord, il faut signaler que dépourvue d'autorité, elle ont perdu 90% de leurs raison d'être et doivent s'appuyer, dés lors, sur une autorité fausse et factice. Les tsunamis causés par ces revirements incontrôlés sont dévastateurs et se répandent avec fracas, les enfants se confrontent à des forces contre lesquelles ils ne s'on pas armés et face auxquelles ils ne peuvent pas ce confronter, néanmoins et également, les adultes qui les encadrent sont sans le savoir, les premier perturbés par ces chamboulements répétitifs et devenus chroniques dans nos systèmes "d'éducations".
Il n'y a pas très longtemps, j'ai eu vent que le département avait décidé d'octroyer les places de parking que contre des contrats de locations, rien que cette crise de fausse autorité a perturbé considérablement tous les édifices scolaires, les enfants se retrouvaient en symbiose avec une "autorité" en confrontation avec leur "autorité" qui de fait se divisait sous les yeux de nos enfants. Pour finir, les profs allaient se parquer sur la voie publique et les parking du département sont restés vides et devenus visiblement la fissure au sein de ce qui est censé les encadrés, jusqu'à finalement, que ce racket étatique soit abandonné, mais je n'en suis pas sûr.

Cet exemple expose le type de décision qui obsède l'ensemble du système scolaire genevois, engendrant des coûts in-chiffrables et colossaux pour finalement s'avérer totalement stériles, ni au profit du département de l'enseignement ayant perturbé des dizaines de milliers d'élèves pour pas un rond, laissant des élèves n'ayant appris par le truchement du refus de leurs professeurs, que de se moquer de cette fausse autorité ridiculisée, cela même par ds gamins de 7 ans !

Comment voulez qu'un dispositif humain puisse transmettre et lever des vocations en participant à de pareils gâchis relationnels ???

Serait-ce pour se venger de l'histoire des parkings que les grands timoniers de ce département mités, qu'ils ont imposés en riposte, aux enfants et aux enseignants des heures supplémentaires ? Ce n'est pas le cas dans l'exemple présent, mais c'est du même crû ! là, je n'ai aucun doute !!!

Moralité, chers petits garnements adorés, c'est à cause de parking, que vous devez venir une matinée de plus à l'école !!! Nous sommes en 2012 et des petits génies dans d'autres pays, sont milliardaires à 17 ans !!!!!!!!

Écrit par : Corto | 14/03/2012

Oupsla, merci, Corto, mais j'arrive à mes limites intellectuelles, désolé !

Si j'essaie de résumer, sous réserve de vos éventuels commentaires :

a) le système est pourri
b) les multiples réformes (on change pour changer) ont déboussolé les élèves et démotivé le corps enseignant.
c) ces réformes sont le fait de technocrates enfermés dans leur tour d'ivoire.
e) conséquence : l'autorité, élément esentiel de la transmission du savoir disparaît
f) le département est géré plus de façon administrative (exemple des places de parking) que d'après ce qui devrait être sa mission, la transmission du savoir et des bases pour une vie réussie et pleine de satisfactions.

Sans vouloir aller jusqu'au raccourci (mercredi matin en "vengeance" de l'affaire des places de parc) que je prends comme une boutade, je crois avoir saisi votre descrption de la situation (que je ne suis pas loin de partager). Il faut par contre se souvenir que tout ceci dépasse de loin la problémtique de l'école genevoise, c'est un vrai phénomène de société !

Pour terminer : que proposez-vous concrètement par rapport à tout ceci dans le cadre de la discussion ? Le retour à l'école de "grand-papa" ? Autre chose ?

Au plaisir de vous lire !

Écrit par : A. Piller | 14/03/2012

Vous savez, les vrais anciens mécanos sur Peugeot, disent que même si le "moulin" fait des bruits dans tous les sens, ne jamais ouvrir le "moulin" d'une Peugeot et votre moteur tiendra 500'000 km sans problème, dés que vous voulez améliorer certains inconvénients, c'est la cascade !

A. Piller, je ne propose rien et vrai dire, je ne connais pas du tout ce dossier, je ne parle que des échos récoltés par ci, par là !

Mais vous semblez également ressentir les mêmes phénomènes que ceux que j'ai décrit plus haut.

Mais ce que je tente de dire, c'est que ces désordre inhérents à la sous-politique ne me dérange que moyennement lorsqu'il s'agit des horaires de bus, peut me mettre dans une colère aigüe lorsque cela s'impose à des enfants !

Le département de l'éducation ne devrait pas glisser dans ce genre de polémiques politicienne alors que c'est le département le plus touché par ce type de vide sidéral !

Écrit par : Corto | 14/03/2012

@ Lulu Berlue : j'ai pris contact avec la Présidente de la Conférence des Directeurs de l'instruction publique au sujet de nos doutes quant aux chiffres. Son secrétaire général m'a transmis plusieurs documents :

http://www.irdp.ch/publicat/irdp_dossiers_comparatifs/tempsscolaire/2010_2011/tempsscolairedocumentcomplet1011.pdf

Sur ce link on peut constater qu'au début de la scolarité, la situation de GE n'est pas si inférieure, en termes d'heures d'enseignement, à celle des autres cantons. Par contre, ultérieurement, Genève reste stable alors que les autres cantons augmentent le nombre d'heures d'enseignement.

Il y a 2 autres links que je mets ci-après sans avoir pu creuser le sujet faute de temps pour le moment !

http://www.ge.ch/recherche-education/doc/publications/notesinfo/notes-sred-49.pdf

http://www.irdp.ch/publicat/irdp_dossiers_comparatifs/grillesecoles/2010_2011/grillesecolesdocumentcomplet1011.pdf

Bonne après-midi !

Écrit par : A. Piller | 14/03/2012

Merci. Je prendrai le temps de regarder tout ça.

Mais le premier document, je l'avais déjà trouvé comme une grande, et constaté que Monsieur Beer n'était pas vraiment honnête en faisant croire à la population que Genève avait un déficit d'heure AU PRIMAIRE, ce qui expliquait de mettre aux 5P à 8P 1/2 j. de plus.

Avouez qu'il y a quand même un malaise, entre les bassesses que ce monsieur a pu proférer contre les enseignants, les "faits" fantaisistes sur les horaires scolaires dont il a émaillé les articles de journaux, et le titre de la Tribune le lendemain...C'était un peu "la bataille de l'Etat contre les enseignants"...et les enfants, dans tout ça? Le site même du DIP nous apprenait que l'horaire idéal des 8 ans était de 21 h passées à l'école. A quoi bon payer des commissions chargées de faire des études si de toute manière on n'en tient pas compte?

Question à 2 balles: ne peut-on attendre du chef de l'instruction publique autant de droiture et d'honnêteté intellectuelle que celle que l'école tente d'apprendre aux enfants?

Mais merci de ces documents.

Bon après-midi.

Écrit par : Lulu Berlue | 14/03/2012

@ Lulu Berlue et Corto : vous voyez, un jour on poursuivra/terminera ce débat autour d'un bon café (ou verre de rouge) pour se rendre compte que, finalement, on était presque tous d'accord :-) Bonne soirée à vous 2 !

Écrit par : A. Piller | 14/03/2012

A. Piller si vous mettiez un prénom ou un pseudo, ça ferait moins prof ! hihihihi
Et je ne bois jamais de café !!!


Lulu, vous me vexez, vous reprenez dans vos conclusions ce que je me suis tuer à mettre en ligne et pas une seule allusion, êtes vous de gauche ??? Hahahaha

Concernant la malhonnêteté intellectuelle des politiques, c'est un pléonasme !!!

Écrit par : Corto | 14/03/2012

@A.Piller: ha? vous êtes d'accord qu'on a manipulé les genevois à coup de fausses allégations? Merci de le déclarer de manière si claire...
Tous les chiffres que vous m'avez fourni n'ont fait que confirmer mes dires.

Une dernière question: savez-vous d'où vient le diagramme publié dans la première vidéo dont vous m'avez donné le lien? (celui montré à la télé) et qui l'a fourni à la TSR? Ce diagramme était discutable (et s'est avéré faux au final) et la SPG avait déjà alerté la presse à ce sujet; j'avais lu plusieurs articles et commentaires, impossible donc que quelqu'un ayant cherché à se renseigner honnêtement ne soit pas tombé au moins sur un certain nombre de ces données contradictoires.

Comment donc se fait-il qu'il ait été présenté à la population via la télé comme un chiffre officiel?



@Corto: Je ne suis pas politisée pour 2 sous. Autre chose à faire dans la vie. A tort où à raison, je commence à me le demander....:=)))

Écrit par : Lulu Berlue | 15/03/2012

@ Corto : oui, c'est pour ça que j'avais donné "un bon verre de rouge" comme alternative ! Pour le pseudo je vais y réfléchir :-))

@ Lulu : d'accord à un mot près : "presque" !! Je ne connais pas les sources du TJ, ce serait intéressant de demander à Darius !!!!

Aux deux : en vous lisant, je me dis qu'on devrait se lancer en politique au travers d'un nouveau parti ! Quelle razzia aux prochaines élections !

Bonne soirée !

Écrit par : A. Piller | 15/03/2012

:=)) je ne dois pas être assez manipulatrice pour me sentir attirée par la politique....:=)))))

Mais j'ai lu un article tout à l'heure dans la Tribune, les anti-mercredis-matin se regroupent en association.

Peut-être pourrais-je me rendre utile

Bonne suite à vous, bonne suite à Monsieur Baud qui nous a gentiment laissé s'expliquer sur son blog. Je continue de suivre cette histoire!

Écrit par : Lulu Berlue | 15/03/2012

Lulu, le tort tue !!!!

Écrit par : Corto | 15/03/2012

Les commentaires sont fermés.