13/03/2013

Vers la mort des camps de ski

La volonté du DIP de privatiser le service de location de skis est scandaleuse. Ces économies de raclures de fart ne soulèvent hélas pas le même émoi que lorsque la suppression du SRED a été envisagée par des députés de la commission des finances. Pourtant, c’est clairement la fin des camps de ski qui est programmée avec une telle décision. Actuellement, les élèves peuvent louer un équipement complet pour 26 francs (12 francs les skis et bâtons, 12 francs les chaussures et 2 francs le casque). Demain, si le DIP trouve repreneur (il faut souhaiter que non), les prix grimperont en flèche.

Or, il faut savoir que pour organiser son camp de ski, l’enseignant primaire ne peut demander que 180 francs aux parents. Mais les coûts sont déjà bien plus importants : 135 francs pour l’hébergement et la nourriture, 90 francs en moyenne pour l’abonnement de ski, soit 225 francs au total. Ce qui fait que le prof doit déjà « trouver » les 45 francs manquants par élève. La location vient en sus et comme l’immense majorité des élèves loue ses skis, c’est en fait 206 francs que les parents doivent débourser (180 + 26). 2012 camp de ski Morgins 210 (Petit).JPGMême si la somme peut paraître modeste pour une semaine de ski en chalet à la montagne, nombre de parents expriment leurs difficultés à sortir cette somme et font une demande d’aide financière, accordée en général à hauteur de 75 francs. Dans ce contexte, il n’est pas toujours évident pour les enseignants de récolter les sommes dues. Quand le prix de la location aura explosé, il y a fort à parier que parents et enseignants renonceront de plus en plus souvent  aux camps de ski.

Pour un canton comme Genève, encourager l’organisation d’une semaine de sports d’hiver pour les classes primaires, loin du smog, devrait être une priorité. La découverte de la montagne en hiver et l’apprentissage d’un sport où tous les élèves progressent de manière impressionnante en 5 jours constituent un programme essentiel dont chaque enfant devrait pouvoir bénéficier durant son parcours scolaire. Il est du devoir du département de l’instruction publique, de la culture et du sport (DIP) de promouvoir ces camps. S’il réalise l’externalisation du service de location de skis, il les tuera.

15:38 Publié dans Ecole et société, Ecole genevoise | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook

03/03/2013

Fusion des caisses de pension : après le OUI, la lutte continue

Un vote responsable

Les syndicats regroupés au sein du Cartel intersyndical prennent acte de la volonté populaire de soutenir et de financer les retraites des fonctionnaires en acceptant la création de la nouvelle caisse de prévoyance de l’Etat de Genève (CPEG). Le 3 mars 2013, le peuple a donc dit OUI de manière très nette à la fusion des caisses de pension CIA et CEH, entérinant ainsi les principes que le Cartel a toujours défendus :

  • la primauté des prestations ;
  • la répartition des cotisations 2/3 employeurs – 1/3 employé-e-s ;
  • un plan de prévoyance plus solidaire à l’égard des bas revenus et plus égalitaire ;
  • des conditions de retraites plus favorables aux métiers pénibles.

Contrer les projets de la droite

Mais la lutte doit se poursuivre, notamment contre la volonté de la droite de supprimer le plan d’encouragement au départ à la retraite anticipé (PLEND), projet qui supprimerait de facto la possibilité de partir à la retraite avant l’âge AVS, alors que cette éventualité a été acceptée par le peuple dans le cadre de la loi sur la CPEG. Le Cartel poursuivra son engagement pour que les règlements d’application de la loi sur la CPEG soient les meilleurs possibles, en particulier ceux liés  au plan de prévoyance et à la pénibilité physique, sans omettre le règlement électoral de la nouvelle caisse.

Un nouvel équilibre à trouver

Enfin, si l’effort demandé au personnel pour la réforme de leurs retraites est considérable, il est dorénavant devenu indispensable d’obtenir des mesures de « compensation », à commencer par :

  • l’application stricte des mécanismes salariaux ;
  • l’octroi d’effectifs supplémentaires dans les services, secteurs, et institutions qui en ont cruellement besoin ;
  • la diminution du temps de travail.

 

14:36 Publié dans Cartel intersyndical | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook