18/12/2016

Profs, allez voir « Primaire » ! Et les autres aussi…

primaire-titre-fr.jpgEnfin un film sur l’école qui excelle à tous points de vue. A priori, à voir les précédentes tentatives, il paraissait difficile de parler d’école sans tomber dans la caricature, le mélo, le pseudo documentaire, etc. « Être et avoir » était somme toute peu supportable et « Entre les murs » guère mieux. Le succès que ces deux films ont rencontré était quelque peu usurpé.

« Primaire » évite tous les écueils et se révèle une réussite exceptionnelle. Sara Forestier y est éblouissante, magistrale, c’est le cas de le dire. Elle était déjà excellente lorsqu’elle jouait une élève dans « l’Esquive » – un autre film de 2004 sur l’école, en quelque sorte (mais où la prof de français qui montait Marivaux en classe était, il faut le dire, assez mauvaise, désolé pour la comédienne Carole Franck qui est d’habitude meilleure que cela).

Là, dans « Primaire », Sara Forestier joue une institutrice poignante et on y croit pleinement. Le film arrive à présenter la vie de l’école de manière réaliste, émouvante et juste. Tout ce qui arrive dans le film en 1h49 est en fait le quotidien des enseignant-e-s des 8 premiers degrés de l’école obligatoire. Nonobstant le fait que cette fiction se déroule en France, avec la particularité que les profs habitent dans l’école (mais je connais beaucoup de collègues genevois-es pour qui leur classe est une seconde maison…), chaque instit peut se reconnaître dans l’un-e ou l’autre membre de l’équipe enseignante.

01-primaire-petit (Small).jpg

Mais pourquoi faudrait-il que les profs aillent voir à l’écran ce qui fait leur quotidien ? Ne serait-ce pas quelque peu masochiste ? Non, assurément, car ce film fait du bien. La performance de Sara Forestier justifierait à elle seule de visionner le film mais je pense aussi que le corps enseignant doit le voir pour mieux mesurer l’effet qu’il peut produire sur le public non-enseignant. Car ce film est, entre autres, un véritable hommage aux enseignant-e-s primaires. Il est souvent paradoxal d’entendre des personnes dénigrer l’école mais avouer qu’elles n’exerceraient cette profession pour rien au monde. « Primaire » ne créera pas de vocations à embrasser « le plus beau métier du monde » mais contribuera à coup sûr à améliorer la compréhension envers l’école, à reconnaître l’engagement exceptionnel des profs pour la réussite de leurs élèves et l’extrême complexité de la mission de formation, primordiale et prioritaire.

Je ne serais pas objectif si j’omettais de signaler que Vincent Elbaz est lui aussi parfait (comme la plupart du temps) et drôle – à l’instar de tous les acteurs du film, adultes et enfants.

Enfin, je me dois aussi de préciser que ce n’est pas parce qu’il y a une élève qui souffre de troubles autistiques qu’il faudrait voir dans ce film une promotion de l’école inclusive… Non, évitons la récupération.

primaire_recadré_560.jpg

Alors, n’hésitez pas à aller voir ce film réalisé par Hélène Angel dès sa sortie (prévue le 11 janvier 2017) !

99-primaire-petit.jpg

19:49 Publié dans Ecole et société, Formation, France, Médias | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Merci pour ce billet qui m'a donné envie d'aller voir le film!

Écrit par : Alain | 20/12/2016

Les commentaires sont fermés.