30/10/2017

Je me méfie du Conseil d’Etat, surtout quand il apporte des « cadeaux »…

100CHFliasse.jpgFrançois Longchamp, le président du Conseil d’Etat, ironise quand le Cartel intersyndical signifie son rejet du projet SCORE, le nouveau système d’évaluation des fonctions et de la rémunération des fonctionnaires. Il feint de ne pas comprendre le courroux de la faîtière syndicale et affirme qu’il ne voit pas ce qu’il y aurait de belliqueux à « offrir » 60 millions à la fonction publique (Le Courrier du 12 octobre 2017).

Timeo Danaos et dona ferentes

Présenter ce coût de la réforme comme un cadeau n’est bien entendu pas conforme à la réalité. Il en va de même pour les 4,8 milliards qui seraient injectés dans la caisse de prévoyance (CPEG)… Mon propos n’est toutefois pas de démonter tous les arguments que le gouvernement aligne pour faire passer à tout prix ses projets. Je me contenterai d’une seule remarque ou question : comment le Conseil d’Etat ose-t-il défendre une réforme des traitements de l’administration cantonale qui impliquerait, selon ses dires, une dépense annuelle supplémentaire de 60 millions, alors qu’il est incapable d’honorer ses engagements salariaux ?

Mécanismes salariaux malmenés

Concrètement, pourquoi ne paie-t-il pas les augmentations annuelles (annuités) dues à ses employé-e-s ? Chaque année ou presque, l’employeur propose de les sabrer. Pourtant, l’augmentation annuelle prévue par la loi est inférieure aux 60 millions. L’annuité versée à toute l’administration représente, selon le Conseil d’Etat, une dépense de 49 millions. L’Etat serait donc incapable de trouver 49 millions mais serait prêt à en mettre 60 pour soi-disant améliorer les traitements de la fonction publique ? C’est se moquer du monde.

Annuité supprimée, décalée de 6 mois, versée à moitié…

Durant les 25 dernières années, de 1993 à 2017, l’Etat n’a honoré que 11 fois les mécanismes salariaux. 14 fois, il s’est arrangé pour les amputer, en partie ou en totalité. Aujourd’hui, dans le projet de budget 2018, il envisage de n’octroyer qu’une demi-annuité… Les montants perdus – ils s’accumulent année après année et ne sont jamais rattrapés – sont colossaux. En vingt-cinq ans, avec les blocages successifs des mécanismes salariaux, certains fonctionnaires ont quasiment travaillé l’équivalent d’une année sans salaire… Que l’employeur, le Conseil d’Etat, ait d’abord la décence de payer ses employé-e-s comme prévu ! Après, on pourra discuter…

21:42 Publié dans Cartel intersyndical, Fonction publique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook