Vive les promos !

1981 supp prix (Large).jpgLa droite a raison. Les « promotions » sont restées dans le langage commun. Valait-il pour autant la peine de se battre pour renoncer à l’appellation officielle de la « fête des écoles » ? Assurément non. Cette dispute au Conseil municipal de la Ville de Genève est puérile, l’opposition de la gauche étant du même tonneau.

L’essentiel a été obtenu il y a fort longtemps, en 1981, avec la suppression des prix. Ils humiliaient davantage celles et ceux qui s’en voyaient privé.e.s qu’ils ne gratifiaient celles et ceux qui les recevaient.

La dénomination des manifestations qui se déroulent en fin d’année scolaire n’a que peu d’importance. Objectivement, les élèves sont promus d’une année scolaire à l’autre, sauf ceux qui redoublent. Et c’est bien du redoublement, mesure inefficace et chère, blessante pour les élèves, dont il faudrait parler, afin d’envisager sérieusement sa suppression. Mais ce n’est pas la prérogative du Municipal.

Alors de quoi pourrait-il délibérer de manière utile ? Eh bien, il serait assez inspiré de commencer par rétablir la distribution du livre que recevaient tous les élèves des écoles primaires ! Cette récompense avait un vrai sens. L’abandonner pour des raisons d’économie est une aberration, tout comme la « cérémonie des 8P » qui sépare les élèves d’une même école le dernier jour, à la veille des vacances, leur laissant un goût amer et aucun souvenir à conserver…

 

Commentaires

  • Cher Monsieur,
    Il est piquant de voir que vous, qui avez passé votre vie à déconstruire nos bonnes vieilles traditions scolaires genevoises, notamment la distribution des prix aux Promotions, qui permettait à ceux qui se faisaient casser la gueule à longueur d'année de prendre une petite revanche avec leur prix (avant de se faire menacer à nouveau, d'ailleurs, mais c'était les vacances et les profs s'en lavaient les mains, je l'ai vécu), réclamez un retour à ces traditions! Je ne puis que vous en féliciter. Et même si vous vous cantonnez à un livre pour tous, c'est déjà ça! Les incultes continueront toutefois de casser la gueule aux "bons élèves" dans l'indifférence de profs terrorisés, ou leur troueront la peau au couteau, comme le font déjà les gangs qui pullulent jusque dans les préaux!
    Cordialement, Jacques Louis Davier

  • « Les incultes.......jusque dans les préaux »

    Je ne crois pas ce que je lis!? On est oú là? En France?

  • Je ne sais pas bien quelles traditions j'aurais déconstruites...
    Mais au moins nous sommes d'accord sur le fait que la distribution générale d'un livre ne peut pas faire de mal... Un bouquin suffisamment épais pouvant même dévier ou arrêter une lame... ;-)

  • "dispute au Conseil municipal de la Ville de Genève"
    Hors jetons de présence, j'espère!

  • @Olivier Baud
    Tout à fait d'accord. Merci!
    JLD

Les commentaires sont fermés.